Petitepom lit…











412qe4-n5KL._SX210_Elles se sont rencontrées à la fin des années 1960 et ne se sont plus quittées depuis : tout le monde les appelle “les Suprêmes”, en référence au célèbre groupe de chanteuses des seventies. Complices dans le bonheur comme dans l’adversité, ces trois irrésistibles quinquas afro-américaines aussi puissantes que fragiles ont, depuis leur adolescence, fait de L’un des restaurants de leur petite ville de l’Indiana longtemps marquée par la ségrégation leur quartier général où, tous les dimanches, entre commérages et confidences, rire et larmes, elles se gavent de nourritures diététiquement incorrectes tout en élaborant leurs stratégies de survie.
Née dans un sycomore, l’intrépide Odette, qui mène son monde à la baguette, converse secrètement avec les fantômes et soigne son cancer à la marijuana sur les conseils avisés de sa défunte mère, tandis que la sage Clarice endure les frasques de son très volage époux pour gagner sa part de ciel. Toutes deux ont pris sous leur aile Barbara Jean, éternelle bombe sexuelle que l’existence na cessé de meurtrir. D’épreuves en épreuves, l’indissoluble trio a subsisté contre vents et marées dans une Amérique successivement modelée par les ravages de la ségrégation raciale, l’insouciance des années hippies, la difficile mise en route de “l’ascenseur social”, l’embourgeoisement, sous la houlette des promoteurs immobiliers, des quartiers naguère réservés aux Noirs et les nouveaux catéchismes de la modernité mondialisée.
Invitation à une lecture aussi décalée que féconde de la problématique raciale aux États-Unis, ce formidable et attachant roman de l’amitié et de la résilience emmené par d’époustouflants personnages et porté par l’écriture imagée et subversive d’Edward Kelsey Moore, s’affirme avant tout comme une exemplaire défense et illustration de humanisme conçu comme la plus réjouissante des insurrections.

Je suis très vite rentrer dans l’histoire, les trois personnages principales sont attachantes, on a envie de connaître leurs histoires.
On les retrouve, le plus souvent le dimanche au restaurant, où les souvenirs reviennent, c’est ainsi que l’on apprends le parcours de chacune.
Leur présent aussi m’ a plu car malgré les tourments que la vie leur a apportés, elles restent fortes, avec cette pointe d’humour afro-américains que j’adore.
J’ai refermé ce livre avec regret, je serais bien restée plus longtemps en leurs compagnies. Un vrai coup de cœur.



411sdhYtopL._SX210_Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : gâteaux, invités, décoration de l’appartement… Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière qui fait le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois loufoques, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par ce voyage au bout du monde.

Marie s’offre une parenthèse dans son quotidien, elle part en croisière et laisse mari et enfants, elle s’y fait 2 amies aussi attachantes qu’elle.
C’est une lecture idéale pour les vacances, c’est léger, facile à lire …



CVT_Chanson-douce_782Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.
À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture.
Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

j’étais curieuse de lire ce roman, je pensais y trouver une ambiance malsaine ; ce fut le cas mais pas autant que je le souhaitais.
Cette nounou est intrigante, on sait dès le départ l’ampleur du drame, on attends donc quelque chose, une explication, celle ci n’est pas franchement défini.
Je me suis dis que mes réponses serait pour la fin et je dois dire que je suis déçue.



510U+mI2-LL._SX210_Joël Dicker ne quitte pas la côte Est. Le Livre des Baltimore, son prochain roman, en librairie le 1er octobre, se situe toujours à flanc d’océan. Et l’on retrouve surtout Marcus Goldman en personne, le héros de La Vérité sur l’affaire Harry Quebert.

Il quitte pour cela New York et son hiver glacé pour la touffeur tropicale de Boca Raton en Floride. C’est là qu’il décide d’écrire sur sa propre famille. Marcus vient des Goldman de Montclair : classe moyenne, maison banale à Montclair, petite ville dans la banlieue de New York. Rues à la Hopper, avec maisons de briques. Marcus a grandi dans la fascination pour l’autre branche de la famille, les Goldman de Baltimore, le grand port sur l’Atlantique, porte d’entrée historique pour de nombreux migrants. Ces Goldman-là habitent une grande demeure somptueuse dans la banlieue riche de la ville. L’oncle Saul est un avocat de renom. Tante Anita est médecin à L’Hôpital John Hopkins. Il y a aussi Hillel, leur fils, provocateur inspiré, et Woody, fils adopté par le couple, sauvé des gangs et qui rêve d’une carrière dans le football.

J’ai adoré  » La vérité sur l’affaire Harry Quebert« , du coup, j’ai eu envie de lire ce roman du même auteur.
Au début, j’ai été déçu qu’il n’y ai pas la part de mystère comme dans  » l’affaire Harry Quebert » mais, je me suis attachée aux personnages. J’ai aimé connaître l’enfance et l’adolescence du narrateur avec ses 2 cousins.
Puis on nous parle d’un drame survenu entre les 3 cousins, l’envie de continuer est enfin là.
Ce qui fait la richesse de ce roman, c est la construction, l’auteur sait amené les évènements par petites doses, au bon moment. Ce fut en fin de compte un bon moment de lecture, en compagnie du gang des Golman.

 



61BqFqaXpqL._SX210_Entre le Canada et la France, la reconstruction d’une femme trahie. Anaba Rivière, une Française d’origine amérindienne, s’apprête à épouser Lawrence Kendall, un brillant avocat canadien.

Le jour du mariage, devant le Palais de justice de Montréal, Anaba et sa sœur Stéphanie attendent en vain le marié. C’est son témoin et ami Augustin, auteur de romans policiers, qui annonce à la jeune femme la mauvaise nouvelle : Lawrence a eu peur de s’engager et a subitement quitté la ville.

Anéantie, Anaba rentre en France et s’installe chez sa sœur, antiquaire en Normandie. Peu à peu, la jeune femme se bâtit une nouvelle vie…

A Montréal, Lawrence est aux abois. Il perd son poste dans le prestigieux cabinet d’avocats où il travaillait, puis doit se résoudre à vendre son duplex pour payer ses créanciers.

Mais, surtout, pas un jour peut se passe sans qu’il pense à Anaba. Il l’aime toujours, mais comment revenir à elle ? Pourra-t-elle un jour lui pardonner et accepter de le revoir ? Commence alors pour lui une longue descente aux enfers…

J’aime bien cette auteur, elle écrit de belles romances. Toutefois celui ci n’est pas mon préféré. J’ai passé un bon moment de lecture, mais il ne restera surement pas longtemps dans ma mémoire.



CVT_Un-visage-dange_1252Angleterre, de nos jours. Les causes perdues, Daniel Hunter les connaît bien. Avocat de droit pénal, ce trentenaire arpente les tribunaux de Londres pour plaider des affaires toujours plus délicates et douloureuses. Et celle qui l’attend pourrait bien les surpasser… Sebastian Croll, onze ans, vient d’être placé en garde à vue. Cet adolescent des beaux quartiers londoniens est soupçonné d’avoir battu à mort son petit camarade de huit ans, Ben Stokes. Mais l’adolescent ne cesse de clamer son innocence. Une affaire qui résonne d’un écho tout personnel pour l’avocat. Fils d’une toxicomane, Daniel a écumé les familles d’accueil avant d’être placé chez Minnie. Une rencontre qui fait des étincelles. Mais qui mieux que cette femme bourrue, pleine de sagesse, pour dompter la colère et la violence de Daniel, et lui donner confiance en l’avenir ? Jusqu’à ce qu’un terrible mensonge brise cette confiance à jamais… Rattrapé par ses souvenirs, emporté dans un formidable élan de protection à l’égard de Sebastian, Daniel se laisse peu à peu broyer par cette enquête. S’il ne veut pas sombrer, l’avocat n’a pas le choix : l’heure est venue pour lui d’affronter les fantômes du passé.

Ce roman est assez déroutant, sur le banc des accusés est assis un enfant de 11ans, auteur présumé d’un meurtre. En parallèle, nous en apprenons lus sur son avocat, le narrateur, qui, lui aussi a eu une enfance difficile. Pendant toute la lecture, on doute, Sébastian est il coupable ou non? Son intelligence et son comportement, n’aide pas à se faire une idée… . Je n’en dirais pas plus, je vous invite à lire ce policier, bien différent de ceux que j’ai lu par le passé. …



et cetera