Petitepom lit…











CVT_Desolee-je-suis-attendue_4859

Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d’affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l’adrénaline est son moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s’inquiètent de son attitude. Peu lui importe les reproches qu’on lui adresse, elle a simplement l’impression d’avoir fait un autre choix, animée d’une volonté farouche de réussir.
Mais le monde qu’elle s’est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé.

C’est une jolie romance, agréable à lire.
Je ne connaissais pas cet auteur, une belle découverte.
Yael est attachante, d’abord plongée dans son travail 100%, elle redevient peu à peu elle même, grâce à des retrouvailles. J’ai aimé suivre ce changement si positif.
Un livre qui fait du bien.



51hod+ROLbL._SX210_Une course contre la montre qui conduit le lecteur dans l’univers des enfants précoces. Un thriller sous forme de double enquête palpitante qui révélera l’existence de terribles manipulations…

Vincent Nimier croyait tout connaître de son frère Raphaël, jusqu’au jour où celui-ci est retrouvé torturé et assassiné sur un sentier des Hautes-Pyrénées. Grâce à une mystérieuse vidéo, il découvre alors que son frère avait une femme et un fils, disparus il y a des années sans laisser la moindre trace. Vincent se lance à leur recherche, mais il ne sait presque rien d’eux… pas même leur nom.

Une seule certitude : ils sont en danger de mort et les hommes qui ont massacré Raphaël feront tout pour les retrouver avant lui !

Un thriller brillant plébiscité par un comité de lecture grand public

J’avais envie de découvrir cet auteur (frère de Guillaume Musso). J’ai choisi son premier roman pour cette découverte qui fut une bonne impression, un policier bien mené, on suis deux affaires dont on ne voit pas le lien. Un pointe de surnaturelle amène une touche en plus dans cette histoire.
Cela reste toutefois un policier simple et facile à lire.



CVT_Kinderzimmer_6925.jpgEn 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plusieurs dizaines de milliers de détenues. Mila a vingt-deux ans quand elle arrive à l’entrée du camp. Autour d’elle, quatre cents visages apeurés. Dans les baraquements, chacune de ces femmes va devoir trouver l’énergie de survivre, au très profond d’elle-même, puiser chaque jour la force d’imaginer demain.
Et Mila est enceinte mais elle ne sait pas si ça compte, ni de quelle façon.

ce livre est lauréat du 1er prix S.O.S Libraires en 2014

Il est difficile de parler de ce livre, histoire est très dure, une page tragique de notre histoire. L’écriture est particulière dans ce roman, des phrases courtes, souvent à l’infinitif, cela décrit toute l’horreur tel un marteau piqueur, qui relate la vie de ses femmes prisonnières d’un camp de concentration. Il y a surtout l’histoire de Mila et son bébé qui nous fait découvrir la Kinderzimmer : la chambre des enfants.
Ce livre restera gravé dans ma mémoire, j’ ai aimé cette lecture mais j’avoue que certaines passages sont dures.



41OIA4Vum+L._SX210_Quand un notaire de province lui annonce qu’elle hérite d’une masure au milieu de nulle part dans l’isolement d’une forêt, décidée dans l’instant à s’en débarrasser, Gabrielle (Parisienne, quarante ans), s’élance sur les routes de France pour rejoindre l’inattendu lieu-dit, signer sans état d’âme actes de propriété et autres mandats de mise en vente, agir avec rigueur et efficacité.
Un paysage, un enchevêtrement d’arbres et de ronces à l’abandon, où se trouve blottie depuis des décennies une maison dont une seule pièce demeure à l’abri du ciel, dix hectares alentours, traversés par le bruissement d’une rivière et d’une nature dévorante. Tel est le territoire que découvre Gabrielle, insensible à la beauté étrange voire menaçante des lieux, après des heures de route.
Contrainte de passer la nuit sur place, isolée, sans réseau téléphonique, Gabrielle s’endort sans avoir peur. Mais son sommeil est peuplé de rêves, d’odeurs de fleurs blanches et de présences.
Dans les jours qui suivent, toutes sortes de circonstances vont l’obliger à admettre ce qu’elle refuse de croire : certains lieux, certaines personnes peuvent entretenir avec l’au-delà une relation particulière. Gabrielle en fait désormais partie : elle se découvre médium.

De livre en livre, Frédérique Deghelt interroge notre désir d’une autre vie, explore les énigmes de notre perception, dévoile ce qui en nous soudain libère le passage entre la rationalité et l’autre rive.
Un roman jubilatoire, profond et inquiétant.

j’ai découvert cette auteure avec « la grand mère de Jade« , j’ai beaucoup aimé le coté surnaturel qui donne un plus à cette lecture. J’ai retentais l’expérience avec « la nonne et le brigands » où j’ai retrouvé cette magie. Quand j’ai lu le résumé de celui ci  » les brumes de l’apparence « , je n’ai pas hésité une seconde, et j’ai là encore été emporté par l’écriture et la magie de l’histoire. Notre héroïne, parisienne à100%, va découvrir la campagne avec un peu de réticence, mais ce qui l’attend sur cette terre de sorcières va bouleversé sa vie…
Ce livre est un régal et d’une originalité que j’ai énormément apprécié, en plus d’une belle écriture.

 



41iN82CXBRL._SX210_Cela fait bientôt sept ans qu’Eric et sa petite Anna Nina sillonnent les routes de France. Solitude choisie. Jusqu’à ce soir de juin, où le vent et la pluie les obligent à frapper à la porte de Valentine. Un orage peut-il à lui seul détourner d’un destin que l’on croyait tout tracé ?

Avec la vitalité, l’émotion et la générosité qui ont fait l’immense succès de Juste avant le bonheur et Pars avec lui, Agnès Ledig explore les chemins imprévisibles de l’existence et du coeur. Pour nous dire que le désir et la vie sont plus forts que la peur et les blessures du passé.

Pour moi ce livre parle avant tout de tendresse, une rencontre un soir d’orage bouleverse la vie de 4 personnes, car surviennent des sentiments qui nous font peur : peur d’aimer, de souffrir…
Je l’ai lu en une journée, mais ce fut une journée rempli d’émotion grâce à ce livre.



CVT_La-fille-de-Brooklyn_3474Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer.
L’horizon scintillait. C’est là qu’Anna m’a demandé :

« Si j’avais commis le pire,
m’aimerais-tu malgré tout ?  »

Vous auriez répondu quoi, vous ?
Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l’aimerais quoi qu’elle ait pu faire.
Du moins, c’est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d’une main fébrile, et m’a tendu une photo.
– C’est moi qui ai fait ça.
Abasourdi, j’ai contemplé son secret et j’ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours.
Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot.
Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu.
Et depuis, je la cherche.

J’ai tout lu de cette auteur, je les lis en deux jours, ce fut aussi le cas pour ce livre, mais j’avoue les oublier aussi vite. Je garde de meilleurs souvenirs des premiers roman de G. Musso, il y avait une pointe de surréaliste qui donnait un plus à ces histoire, ces derniers romans sont plus policiers ou thriller bien que ce dernier genre ne lui va pas trop bien pour moi car il manque de suspense, on a trop rapidement des révélations sans transitions, c’est dommage, ca reste une agréable lecture mais avec toujours une petite déception car on en attends plus, je pense.



et cetera