Petitepom lit…











{16 février 2010}   Le soupirant-Charlotte Link

Leona est très perturbée depuis qu’une jeune femme, Eva, est morte à ses pieds après s’être jetée par la fenêtre au moment où elle passait dans la rue. Elle ne parvient pas à oublier ce tragique événement, et décide d’entretenir des relations avec la voisine d’Eva. Celle-ci lui présente Robert, le frère de la suicidée. C’est dans ces circonstances que Wolfgang, le mari de Leona, lui annonce qu’il la quitte pour une collègue de travail. La jeune femme, qui n’avait perçu aucun signe avant-coureur de cette rupture, est assommée. Malgré tout, elle refuse de se laisser anéantir et accepte, pour se changer les idées, l’invitation de Robert, venu de Suisse pour régler la succession de sa soeur. Comme Leona, il se trouve dans une profonde détresse. Non seulement à cause du suicide d’Eva, mais parce que sa compagne s’est noyée six mois plus tôt dans le lac Majeur. Rapidement, Leona succombe au charme de ce beau quadragénaire attentionné. Mais que sait-elle, au juste, de celui que Wolfgang surnomme ironiquement son « soupirant » ?

J’ai découvert cette auteur que récemment avec ces 2 précédents romans : « l’invité de la dernière heure » et « le poids du passé » ; dans le premier, la fin très inattendue m’a séduite et j’ai retrouve cette même surprise dans le suivant.

Des critiques lues sur le net, reprochent à ce roman une fin prévisible, c’est vrai que l’on sait très vite qui est le coupable, mais on en sait pas pour autant à quel moment le danger va survenir.

 On s’attache, dès les premières pages, au personnage féminin, on suit ses mésaventures et nous ressentons bien qu’il y a un malaise. En parallèle, une histoire de meurtre vient pigmenter notre lecture, on suppose un lien entre ces deux histoires.

 Cela se met très vite en place, on se laisse emporter par l’écriture si riche de Charlotte Link, suivant l’histoire de Leona avec beaucoup d’intérêt.

 Dans une 2° partie, les pensées et le passé de l’agresseur viennent s’ajouter à celle des autres personnages, trompant le lecteur qui croit avoir compris son manège ; mais on est pas au bout de nos surprise, car si la fin n’est peut être pas aussi surprenante que ces précédents romans, elle est tout aussi captivante et angoissante.

 Ce roman m’a fait penser à un autre auteur : Patricia MacDonald, on retrouve là un peu la même ambiance, une menace plane, elle est latente et présente en permanence.

Je ne suis pas déçue par ce dernier roman de Charlotte Link, même différent, ce récit est séduisant.

Publicités


MyaRosa says:

Il me tente beaucoup celui-ci. Je vais attendre la sortie poche car j’ai d’autres livres de Charlotte Link à découvrir avant, donc un qui est dans ma PAL. J’ai lu L’invité de la dernière heure et j’avais beaucoup aimé.



petitepom says:

@ MyaRosa : Le soupirant est légèrement différent de ceux que j’ai lu jusqu’à présent mais tout aussi bien.



liliba says:

Ma maman est une fan de cette auteur qu’elle lit en allemand. J’ai d’ailleurs un bouquin sur ma PAL, mais je ne sais plus le titre… A lire quand j’aurai du temps (en allemand, je mets 5 fois plus longtemps qu’en français…)



petitepom says:

@ Liliba : j’ai découvert cette auteur récemment, j’aime beaucoup ses histoires, je la relirai surement, mais en français!



[…] La ville insoumise-Jon Fasman Wisconsin-Mary R. Ellis Pour toi Nicolas-James Patterson Le soupirant-Charlotte Link Lectures Francophones   Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi-Katherine Pancol Un […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

et cetera
%d blogueurs aiment cette page :