Petitepom lit…











{25 octobre 2010}   Une belle histoire d’amour qui finit bien-Xavier Deutsch

Paul, le narrateur, architecte de quarante-deux ans, éprouve une sorte de fascination pour la France de Flaubert et de Maupassant. Il aime les mots, le sens précis des mots et joue avec. Il a horreur des situations embarrassantes mais il adore pourtant les secrets qui risquent de l’y plonger. On le sent fou amoureux de sa femme, une pure beauté qui affirme avoir été, dans le désordre, une aristocrate de haut rang, une pute et un capitaine corsaire. Bref le monde de Paul est singulièrement poétique, raffiné et d’une grande sensualité. Parce que les jeux de l’amour et du hasard l’ont toujours grisé, Paul décide de nous plonger quatorze ans en arrière et nous raconter sa très belle amitié avec Achille, très jeune rentier, et Zoé, étudiante en lettres qui aime poser nue pour des artistes peintres ou photographes. Ils se sont connus tous les trois au lycée. Ils se sont parfois perdus mais toujours retrouvés, surtout autour d’une folle passion pour le XVIIIe siècle, ses jeux libertins auxquels ils vont jouer eux-mêmes, souvent de façon dangereuse. Alors que Zoé tombe entre les griffes d’un séduisant et cultivé magistrat érotomane, manipulateur et pervers, Paul succombe, lors d’un inoubliable bal masqué, aux charmes de la perfide Sigrid de Brune-Lanach. Mais heureusement, Achille veille… Grâce à l’amitié indéfectible qui soude le trio, l’imbroglio trouvera une issue tout à fait inattendue. Xavier Deutsch nous emporte avec beaucoup de talent dans un festival de faux-semblants, de chassés croisés amoureux avec mensonges et trahisons à la clé. L’exercice de style est tenu, l’intrigue se tisse et se dénoue avec un art certain du marivaudage. L’écriture est volontairement très ciselée mais les situations imprégnées d’une forte charge sensuelle viennent comme des contrepoints apporter beaucoup de modernité à ce texte d’une belle efficacité romanesque.

Paul nous raconte son histoire et se laisse emporter par ses souvenirs, afin de nous mettre en main tous les éléments, il lui arrive aussi de broder et de passer d’une anecdote à un autre  qui frise l’inutilité pour le récit ; il faut se laisser porter pas l’histoire, la fin éclaire tout.

 Nous savons dès le départ que Paul, Zoé et Achille sont trois amis d’école inséparables, aimant le jeu ; Paul nous raconte d’abord l’histoire de Zoé, son mariage et ses contraintes ; puis il relate sa propre histoire avec Sigrid, un femme rencontrée lors d’un soirée un peu particulière qui est peu compréhensible lors de sa lecture.

 Au tout début du roman, la femme de Paul répond au téléphone, on sait que c’est Achille qui demande à parler à Paul ; tout le long du livre, j’ai repensé à ce coup de téléphone, me demandant ce qu’il venait faire dans l’histoire, ce n’est qu’aux derniers chapitres que l’histoire de Zoé, de Paul et ce coup de fils trouve son lien.

 Alors que je referme ce livre, je suis ravi d’être aller au bout, malgré des débuts un peu confus, le jeu et l’amour nous sont bien décrit, ce livre finit sur un éclat de rire et donne bien le ton de cette histoire, je remercie Livr@ddict et les éditions Lafon qui m’ont offert ce livre.

 

Publicités


Karine:) says:

Ca a l’air complètement bizarre! Mais bon, le bizarre, je n’ai aucun problème alors pourquoi pas!



petitepom says:

@ Karine : tout le long du roman c’est un peu bizarre mais la fin est étonnante, une fois finie, je l’ai pleinement apprécié



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

et cetera
%d blogueurs aiment cette page :