Petitepom lit…











{10 mai 2011}   Trois femmes puissantes-Marie NDiaye

Trois récits, trois femmes qui disent non. Elles s’appellent Norah, Fanta, Khady Demba. Chacune se bat pour préserver sa dignité contre les humiliations que la vie lui inflige avec une obstination méthodique et incompréhensible. L’art de Marie NDiaye apparaît ici dans toute sa singularité et son mystère. La force de son écriture tient à son apparente douceur, aux lentes circonvolutions qui entraînent le lecteur sous le glacis d’une prose impeccable et raffinée, dans les méandres d’une conscience livrée à la pure violence des sentiments.

Dans le résumé, je lis « trois femmes qui disent non », je n’ai pas vu qu’elles refusaient, enfin je devrais le dire au singulier car je n’ai lu que le premier récit en entier.

 Ce premier récit m’a beaucoup plu, je regrette qu’il finisse si tôt, j’aurai aimé une histoire plus étoffée et qui aille plus loin.

 Le 2° ne m’a pas du tout accroché, je l’ai trouvé brouillon, comme le 1°, au départ on a du mal à s’y retrouver, mais peu à peu, cela s’éclairci ; dans cette 2° histoire, ce n’est pas le cas, j’ai vite commencé à m’y ennuyer puis abandonné.

Publicités


Laure says:

C’est un livre que je n’ai jamais eu envie de lire … vu ton avis cela me confirme dans mes idées.



petitepom says:

@ Laure : connaissant tes gouts, je pense que tu auras la même deception



Tout comme toi, j’ai bien aimé le premier, mais sans excès. Bien aimé surtout le tout début : la première page m’a scotchée, mais malheureusement la suite ne tient pas ses promesses.
Le deuxième récit, je n’en POUVAIS PLUS au bout d’un moment et j’ai zappé la fin.
Quant au troisième, c’est à mon avis le plus puissant. Le plus marquant. Celui qui restera. Pourquoi ai-je pu penser que ce récit pourrait bien se terminer ? C’est un récit que la facilité me soufflait d’abandonner tant il est âpre, mais que mon coeur de femme m’enjoignait d’endurer jusqu’au bout. Oui, le destin de Khady est le destin de millions de femmes sur ce continent. Quand donc auront-elle le droit de vivre sans être sous le joug de la violence imposée par les hommes ?



petitepom says:

@ la femme des steppes : je n’ai pas eu la patience le lire le 3° récit, j’ai peut être eu tord!



Véro says:

Ben du coup, je ne suis pas trop tentée !



petitepom says:

@ Véro : je comprends 😉



amaryllis says:

Je l’ai lu et comme toi le deuxième je n’ai pas accroché mais le troisième est en effet plus puissant. Ce n’est pas un livre que je recommande à lire mais je trouve que dans son écriture il y a une certaine force et parfois de belles trouvailles.



petitepom says:

@ amaryllis : je rejoins cette avis, je n’ai pas lu la 3°, j’ai peur êrte eu tord!



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

et cetera
%d blogueurs aiment cette page :