Petitepom lit…











{17 février 2012}   L’Insoutenable légèreté de l’être- Milan Kundera

Plus que les autres romans de Kundera, celui-ci est un roman d’amour. Tereza est jalouse. Sa jalousie, domptée le jour, se réveille la nuit, déguisée en rêves qui sont en fait des poèmes sur la mort. Sur son long chemin, la jeune femme est accompagnée de son mari, Tomas, mi-don Juan, mi-Tristan, déchiré entre son amour pour elle et ses tentations libertines insurmontables.
Le destin de Sabina, une des maîtresses de Tomas, étend le tissu du roman au monde entier. Intelligente, asentimentale, elle quitte Franz, son grand amour genevois, et court après sa liberté, d’Europe en Amérique, pour ne trouver à la fin que «l’insoutenable légèreté de l’être».
En effet, quelle qualité – de la gravité ou de la légèreté – correspond le mieux à la condition humaine ? Et où s’arrête le sérieux pour céder la place au frivole, et réciproquement ? Avec son art du paradoxe, Kundera pose ces questions à travers un texte composé à partir de quelques données simples mais qui s’enrichissent constamment de nouvelles nuances, dans un jeu de variations où s’unissent récit, rêve et réflexion, prose et poésie, histoire récente et ancienne. Jamais, peut-être, chez Kundera, la gravité et la désinvolture n’ont été unies comme dans ce texte. La mort elle- même a ici un visage double : celui d’une douce tristesse onirique et celui d’une cruelle farce noire.
Car ce roman est aussi une méditation sur la mort : celle des individus mais, en outre, celle, possible, de notre vieille Europe.

Voila un livre simple et complet : l’histoire et l’écriture sont agréables avec une analyse des différentes situations, tout au long du récit, très détaillée ; j’ai bien aimé cette lecture.

 Deux couples sont en scène : Tomas et Téréza comme personnages principaux et Franz et  Sabina sont en second plan ; Ami, conjoint, amant, tout s’enchaîne.

Nous faisons d’abord connaissance avec Tomas, puis vient Téréza qui s’impose, suite à six hasards..

 Tout en analysant leur sentiment, l’auteur nous raconte leurs histoires, leurs rencontres, leurs passés et parfois leurs futurs. Le récit fait des sauts dans le temps au gré des personnages qui nous sont relaté.

Tout cela peut paraître complexe mais il n’en est rien, la fluidité de l’écriture et sa richesse rend tout cela simple à lire.

 La vie à Prague dans ses années 60/70, occupée par les Russes est succinctement relaté, j’ai bien aimé la partie où on parle des problèmes que rencontre Tomas suite à une lettre qui a osé publié et qui est interprété comme une critique du régime communiste.

 Ce roman est plus que le récit d’une histoire, c’est une réflexion sur l’humain et sa complexité et c’est cette différence que j’ai aimée.

J’ai découvert ce livre grâce à un challenge, sans cela, j’avoue que je ne l’aurai jamais ouvert.



florel says:

Bon ben en voilà une autre qui a aimé… Décidément je ne trouverai pas pour cette LC une personne qui comme moi n’a pas aimé. Ouuuuuuuin c’est pas juuuuuusteeeeeuh.
Je décooooonne, tant mieux si t’as aimé, le plaisir de lire un livre devient plus grand et plus motivant. Mais moi non je n’ai pas du tout accroché, ce livre se trouvant à 1000 lieux de mon état d’esprit. 🙂
Mais bonne fin de semaine et bonne lecture.
Biz



Val84 says:

Moi non plus je n’ai pas aimé. Tu n’es pas la seule! 😉



petitepom says:

@ Val84 : Merci de rassurer Florel, cette lecture est spéciale; c’est normal qu’elle ne soit pas au gout de tous



petitepom says:

@ florel : tu n’as pas aimé, ce n’est pas grave, il m’arrive assez souvent de ne pas aimer des livres que beaucoup d’autres qualifient de coup de coeur, la lecture doit rester un plaisir.



J’adore le titre mais je ne suis pas du tout tentée par sa lecture. Ravie d’avoir lu ton article tout de même 😉



petitepom says:

@ patacaisse : sans cette LC, je ne l’aurai pas ouvert non plus



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

et cetera
%d blogueurs aiment cette page :