Petitepom lit…











{17 septembre 2012}   Nous étions les Mulaney – Joyce Carol Oates

Chez les Mulvaney, on forme une famille unie, soudée, aimante, une joyeuse tribu composée du père Michael, chef d’entreprise, des quatre enfants, Michael Junior, Patrick, Marianne et Judd, le narrateur, et de Corinne la mère, un rayon de soleil, dynamique et débordante de charité chrétienne. Bien qu’un drame couve on le pressent dès le début du roman pendant des années rien ne perturbe ce paradis familial. Mais, un jour de 1976, par une belle soirée de fête au collège, Marianne est violée. La famille entière sombre dans la sordide réalité de l’Amérique rurale. Désirs de vengeance, peurs, chacun à son tour quitte la maison. Seule Marianne garde la nostalgie du passé. Récit d’une traversée du désert, d’une déchéance annoncée, la saga de la famille Mulvaney tire pourtant sa révérence sur une note d’espoir. Un grand roman classique et séditieux, à la sauce américaine.

J’y ai retrouvé les passages trop descrïptifs mais ceux là, sont peu nombreux et suivis de passages très beaux, car l’écriture est très imagée, on est invité dans cet famille ; les descrïption permettent au lecteur de bien connaître cette famille mais aussi leur codes, leur façon de vivre, leurs environnement, on peux dire « je connais les Mulvaney » ; c’est la richesse de la plume de J.C.Oates. Certains passages, comme l’itinéraire pour accéder à leur ferme ou l’énumération de pendules de la maison est un peu rébarbatif mais je dois dire qu’a certain moment, j’entendais le tic tac des ces pendules, derrière les dialogues des personnages.

J’ai accepté de passer outre ces descrïptions car dès le départ, un évènement terrible plane, peu à peu, en faisant connaissance de cette famille aisée et bien ancrée dans cette contrée provinciale, nous apprenons la vérité. Les Mulvaney sont une famille modèle, avec de belles valeurs morales, intégrés dans la bonne société, jusqu’en 1976 où tout bascula.

La richesse de ce livre est dans les personnages, plus que dans l’histoire, il s’y passe peu de choses mais  beaucoup de sentiments, nous assistons à l’évolution de cette famille meurtrie qui va s’éclater.

Encore une fois le livre est un peu trop long, je l’ai fini pour savoir jusqu’où cette famille va se perdre, mais la 2° partie du livre est toujours intéressant mais entrecoupé de moment plus ennuyeux, on est installé dans cette famille et on en sait assez, on a envie de plus de faits.

Publicités


DeL says:

J’en garde un excellent souvenir !



petitepom says:

@ Del : je comprends 😉



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

et cetera
%d blogueurs aiment cette page :