Petitepom lit…











{19 décembre 2013}   Zulu-Caryl Ferey

 

9782070437573

Enfant, Ali Neuman a fui le bantoustan du KwaZulu pour échapper aux milices de l’Inkatha, en guerre contre l’ANC, alors clandestin. Même sa mère, seule rescapée de la famille, ne sait pas ce qu’elles lui ont fait… Aujourd’hui chef de la police criminelle de Cape Town, vitrine de l’Afrique du Sud, Neuman doit composer avec deux fléaux majeurs : la violence et le sida, dont le pays, première démocratie d’Afrique, bat tous les records.
Les choses s’enveniment lorsqu’on retrouve la fille d’un ancien champion du monde de rugby cruellement assassinée dans le jardin botanique de Kirstenbosch. Une drogue à la composition inconnue semble être la cause du massacre. Neuman qui, suite à l’agression de sa mère, enquête en parallèle dans les townships, envoie son bras droit, Brian Epkeen, et le jeune Fletcher sur la piste du tueur, sans savoir où ils mettent les pieds… Si l’apartheid a disparu de la scène politique, de vieux ennemis agissent toujours dans l’ombre de la réconciliation nationale…

Ce livre est très dur, avec des scènes très violentes, à déconseiller aux personnes sensibles. Mais très intéressant  à lire car derrière les histoires de meurtres, on regarde une Afrique du Sud qui veut sortir de l’Apartheid.

La couleur de peau des personnages est très importante, et j’avoue m’y perdre parfois, ce qui a faussé ma compréhension de certains passages. Dans un clan, comme dans l’autre (police et bas fond), la couleur ne donne pas les même droits, et le passé de ce pays ne facilite pas l’enquête. Il ne faut pas s’attendre à trouver un coupable, c’est plus compliqué de ça. Pour le lecteur, ce n’est pas toujours évident mais très enrichissant.

Le plus grande partie de l’histoire, alors qu’Ali et Epkeen enquêtent, n’est que découverte de cadavres et scènes des plus macabres. Personne n’est épargné, même la police en fait les frais , car elle ose s’aventurer dans des quartiers où la pauvreté et la misère entraînent ses occupants à survivre par tous les moyens.

C’est un roman policier qui nous fait voir le coté le plus hard de l’Afrique.

J’ai très envie d’aller voir le film.

Publicités


dasola says:

Bonjour Pom’, pas encore lu le roman mais le film m’a plu (en revanche les critiques n’ont pas été tendres) grâce à Orlando Bloom étonnant et Forest Whitaker égal à lui-même. Bon samedi et très bonne année 2014.



petitepom says:

@ dasola : j’ai loupé le film et le regrette.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

et cetera
%d blogueurs aiment cette page :