Petitepom lit…











couv28512800

« Si rien ne pouvait nous sauver, ni l’argent, ni le corps d’un homme, ni même les études, autant tout détruire immédiatement. »

Le soir de son mariage, Lila, seize ans, comprend que son mari Stefano l’a trahie en s’associant aux frères Solara, les camorristes qu’elle déteste. De son côté, Elena, la narratrice, poursuit ses études au lycée. Quand l’été arrive, les deux amies partent pour Ischia. L’air de la mer doit aider Lila à prendre des forces afin de donner un fils à Stefano.

L’amie prodigieuse, Le nouveau nom et Celle qui fuit et celle qui reste, sont les trois premiers tomes de la saga d’Elena Ferrante.

J’ai eu beaucoup de plaisir de retrouver lila et lenu, malgré qu’elle soit marié, Lila n’a rien perdu de son caractère rebelle, lenu poursuit ses études, j’ai bien aimé suivre la progression des autres personnages dans cette Italie dans les années 60.
Ils sont devenus tous des adultes, tiennent des commerces, leurs vies personnelles n’est pas sans soucis, adultères, problèmes d’argent….
Je suis curieuse de voir comment leurs situations professionnelles et amoureuses vont évoluées dans le tome suivants.

Publicités


{22 avril 2018}   Rose Madder -Stephen King

mincouv49837129Quatorze ans de mariage, quatorze ans de mauvais traitements : toute la vie de Rosie. Un enfer ! Doublé d’une obsession : fuir son tortionnaire de mari, flic jaloux, bourreau sadique, prêt à la massacrer à la première occasion. 900 kilomètres suffiront-ils à la préserver de Norman ? Qui donc pourrait lui venir en aide ? Personne en ce monde. Mais il existe un autre monde. Celui de Rose Madder. Cette femme n’est peut-être qu’un personnage de tableau, une hallucination. Elle possède pourtant un pouvoir étrange. Un pouvoir dont Rosie pourrait profiter. À moins qu’en traversant la toile, elle ne déchaîne l’apocalypse…
Après Jessie et Christine, le plus génial explorateur des zones obscures de notre inconscient se glisse une fois encore dans la peau d’une femme à l’âme fêlée, habitée par la peur. Cette peur qui conduit aux actes les plus fous, aux passions les plus noires.

Cela fait bien longtemps que je n’avais lu un Stephen King, découvert, il y a plus de 20 ans, j’ai adoré ces premiers romans puis moins par la suite.
Une amie qui a adoré ce roman, a insisté pour que je le lise, donc, je me suis décidée.
On vit, en tournant les pages, dans la peur de ce mari d’une cruauté extrême, le coté surnaturel du roman donne un touche de douceur, dans cette attente. Ce tableau vient alléger l » horreur : Rosie a vécu la maltraitance d’un mari sadique, le fait qu’il soit flic rajoute de la peur, c’est un héros pour la police.
Ces idées surnaturelles et ce qui en découleront à la fin de l’histoire, m’ont un peu déçue. Mais dans l’ensemble, j’ai bien aimé cette lecture, très prenante tant qu’on reste dans le monde réel.



41PKgOqB-EL._SX95_Toutes les nuits, un professeur de lettres fait le même rêve : dans sa grande maison à colonnes blanches, une femme hurle à la mort et l’appelle à l’aide. Nous voilà aux portes de ‘L’ Enfer’. Dante et ses pairs se mettent au service maléfique de treize  sorcières du verbe et la poésie devient la plus cruelle des armes.

Ce sont les dames, elles sont treize :
la N°1, invite ; la N°2, surveille ; la N°3, punit ; la N°4, rend fou ; la N°5, passionne ; la N°6, maudit ; la N°7,empoisonne ; la N°8, conjure ; la N°9 invoque ; la N°10, exécute ; la N°11, devine ; la N° 12, connaît ; « Ne te risque jamais à parler de la dernière, pauvre de toi si tu mentionne la N° 13 ».
Cette histoire de sorcière du verbe est très originale et très prenante, j’ai adoré. 

 



{8 avril 2018}   Les autres- Alice Ferney

41q1uVFeurL._SX95_Lors d’une soirée d’anniversaire, un jeu de société destiné à mieux se connaître devient le révélateur de secrets de famille jusqu’ici soigneusement occultés par la honte, la déception ou la souffrance. Avec délicatesse et cruauté, ce roman d’une rare finesse psychologique interroge la féminité, l’amour et les relations entre les hommes et les femmes.

J’ai eu beaucoup de plaisir à relire ce roman, le sujet est intéressant, mais ce qui retient l’attention dans ce livre, c’est sa construction.

Trois parties , une premières nous dévoile le pensées des joueurs, une seconde nous relate les dialogues et une dernière nous donne les ressentis de chacun et le regards qu’ils ont sur les autres.

Des secrets sont révélés, des idées reçues sur son prochain, c’est un livre qui nous parle des relations humaines et leurs complexités.



mincouv60412118.pngPar une froide journée de janvier, une femme disparaît dans l’une de ces banlieues trop propres et trop calmes que le cinéma américain nous a révélées. Le mari semble accepter cette absence et se résigner. Quant à Katrina, leur fille unique, elle croit régler avec un soin méticuleux et lucide ses comptes avec l’image d’une mère destructrice et détestée en secret. Mais alors pourquoi ces rêves obsédants qui hantent ses nuits ? Et comment une mère peut-elle ainsi s’évanouir dans le blizzard et tout abandonner derrière elle ? Laura Kasischke écrit avec une virtuosité glaciale le roman familial de la disparition et de la faute, pour nous laisser transis dans l’angoisse et la fascination de la littérature

J’ai déjà lu 4 livres de cet auteur, je sais que ses histoires finissent de façon fracassantes.
Du coup, en lisant ses livres, je cherche le petit indice pour comprendre la fin, dans celui ci, je n’était pas loin de deviner.
Dès le début, j’ai pensé que le mère était morte, mais qui avait tué cette femme :
sa fille, la narratrice,
le mari
le petit ami de sa fille,
c’était mes 3 suspects.
Katrina nous décrit une mère, plutôt méchante avec sa fille et son mari, une belle femme qui fait attention a son apparence mais aigrie par l’ennui. On sait peu de chose sur le père, qui est plutôt effacé et transparent, ce n’est qu’à la fin qu’une petite révélation nous le dépeint différemment.
J’ai adoré ce roman, c’est peuplé d’indice sur ce qui a pu se passer pour que le lecteur devine, avec encore une fin percutante.



{1 avril 2018}   La tresse-Laetitia Colombani

41trI3P4aAL._SX195_

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

J’ai beaucoup aimé ce livre, l’histoire de 3 femmes, 3 mèches de cheveu qui vont s’entrecroisées comme une tresse.
Smita, vit en Inde et va donner son seul bien ; Guilia , en Italie va sauver l’usine familiale et Sarah, au Canada, va prendre un nouveau départ. 3 vies, 3 destins autour d’une mèche du cheveu.



et cetera