Petitepom lit…











Theodora Van Alen entretient désormais une liaison passionnée et secrète avec le sublime Jack. Déchirée entre ses deux amours puisqu’elle a fait d’Oliver un peu plus que son meilleur ami, elle se sent perdue. Mais une grave menace plane sur le petit monde des vampires. À Rio, un grand dîner de gala doit accueillir tous les sang-bleu. Mais ni Theodora ni ses amis ne se doutent une seule seconde que leurs ennemis héréditaires – les sang-d’argent – rôdent. Et c’est le plus puissant d’entre eux, le Léviathan en personne, qui les attend…

J’ai bien aimé ce tome, il est plus sérieux, la menace des sang d’Argent donne du piquant à l’histoire et apporte beaucoup de révélations et explications sur les vampires, dieux échappés du paradis et condanné à l’immortalité.

Théodora, la sang mélé est toujours un personnage important, par sa nature mi humaine, les explications sur les sang d’argent, adepte de lucifer et le léviathan, est aussi original et plaisant à lire. Mimi Force est présenté dans ce livre comme un personne plu mûr malgré sa jalousie contre Théodora.

Il reste encore des points obscurs : Bliss, la vigie, Jordan et d’autres petites choses que je n’ai pas très bien compris, mais les tomes suivant, je l’espère, vont m’apporter les réponses qui me manquent.

Publicités


Mimi Force prépare un grand évènement chez les vampires : le bal des Quatre-Cents, avec robes haute couture et luxueux palaces.
La première partie du roman est un peu  » culcul », en effet, Mimi Force organise un bal secret pour les sang bleu, le coté quartier chic et belles fringues ne me plait pas trop, c’est pour cela que j’ai pas aimé ce roman lors de ma 1° lecture.
Mais comme j’ai lu le précédent, je connais mieux les sang bleu et les sang d’argent et les enjeux qu’ils doivent affronter, je l’ai donc abordé différement et aimé.
Le personnage le plus important et la sang mélé, Théodora, elle est nouveau nèe, elle doit apprendre à se connaitre en tant que vampire, avec des pouvoirs à maitriser. L’arrivée de son grand père est un atout pour elle et aussi pour nous, lecteur, car il nous en apprend beaucoup sur le passé des sang bleu.
Je poursuis cette série avec plaisir et j’ai envie d’en connaitre plus sur l’avenir de Théodora mais aussi celui de Jack Force et les autres.

Ma première lecture :  ici

Lecture commune organisée sur le forum Livr@ddict  : ici



Le lycée Duchesne abrite les jeunes gens des plus riches familles new-yorkaises. Deux catégories s’y font face, les branchés et les gothiques. L’histoire bascule le jour où un meurtre est perpétré…

J’ai déja découvert cette série par le tome 2, j’ai vite été perdue et déçue, mais comme je suis d’un tempérament tétue, j’ai décidé de la relire en commençant par le premier : les vampires de Manhattan. Je comprends à présent, pourquoi je n’ai pas suivi, ce premier tome est rempli de révélations et permet au lecteur de se familiariser avec les « sang bleu » et « sang d’argent ».

Le milieu dans lequel se passe ce roman est riche même très riche, les sang bleu, vampires immortels, sont là depuis la première colonisation et avant cela vivait depuis les pharaons, seule Théodora est un « nouveau né » issu d’une liaison avec un humain : les « sang rouge ». Une fois que l’on sait cela, l’histoire est très claire et très prenante.

Car les « sang bleu » sont pas si invulnérables que cela, un « Croatan » les menace, mais la plupart n’y croit pas, afin de le combattre , Théodora va chercher des explications auprès de son père disparu, et c’est en italie qu’elle part à la fin de ce roman.

C’est une lecture détente, comme je le dis précédement, une fois que l’on a compris, l’intrigue est très interessante, l’imagination de l’auteur m’a bien plu, je relis donc le 2° tome avec un autre regard.



Dans la chambre magique du palais des sylphes, la Résille d’argent a disparu. Pourquoi a-t-on commis ce méfait qui plonge dans le chaos et la peur le royaume des sylphes, celui des hommes, et le mystérieux Outremonde ? Dans le village de Killcaim, Nessa, la fille du forgeron Dougal, est folle d’inquiétude car son père, parti pour la Faërie, n’est jamais revenu, sans doute retenu prisonnier par les sylphes. Aussi, armée de sa seule détermination, franchit-elle la frontière qui sépare la terre des mortels de l’Outremonde. Recueillie par Artimour, chef des armées sylphes occupé à défendre son royaume contre les gobelins, elle éprouve pour lui une vive attirance. Mais Artimour, convaincu Que les relations entrehumains et sylphes ne sauraient rien donner de bon, s’éloigne de la jeune fille après leur unique nuit d’amour. Il refuse même l’épée qu’elle a forgée pour lui, une épée où elle a fondu l’amulette qui ne l’a jamais quittée depuis l’enfance. Commence alors une quête qui conduira Nessa vers l’amour et la connaissance des pouvoirs magiques qu’elle a reçus. Car c’est désormais par Nessa, magicienne de la terre et des arbres, Que le monde retrouvera peut-être la paix et l’harmonie…

Je retrouve tout les personages féériques et humain dans ce tome, c’est la continuité du 1°. Les premiers chapitres permettent de faire le point sur les évènements précédents.

Dans le monde féérique, la résille est une menace, elle l’empoisonne car la sorcière est en colère, elle veut récupérer le globe sur lequel elle repose, car elle lui a été volé.

Le monde des humains subit deux menace :

– la mort du duc de Gard : son neveu veut s’emparer du trône avec l’aide des sylphes

– l »ouverture des portes entre les mondes

: celles ci n’étant plus protégées par la résille donne accés aux gobelins

Deux camps vont s’opposer, ceux qui veulent détruire le résille et ceux qui veulent la restaurer.

Le lecteur suit l’évolution des deux mondes, leurs transformations, leurs combats et trahisons, à travers le récit des personnages principaux. C’est très prenant, il manque toutefois certains passages, en effet on découvre parfois des évènements à travers des dialogues sans y avoir assister, cela fait avancer l’histoire plus vite mais approte un petit frustration.

La fin de ce tome voit la solution à tout les problèmes dans les deux mondes, je suis pourtant curieuse de lire la suite  » la nuit d’argent », je n’ai aucune idée de ce que je vais découvrir car ce tome pourrait être la  fin de l’histoire.



Un vent mauvais semble décidément souffler sur le royaume de Brynhiver. La femme du roi Hoël, devenu fou et retombé en enfance, doit lutter contre les assauts des clans ligués contre la couronne. Tout le pays est en proie à une guerre sans pitié. Dans le petit village de Killcairn, Nessa, la fille du forgeron Dougal est inquiète. Son père a disparu après avoir reçu la visite de deux êtres mystérieux qui lui ont demandé de forger une dague d’argent. La nuit précédente, les villageois ont repêché dans la rivière l’horrible cadavre d’un gobelin. Comment expliquer que la magie ancestrale qui empêche ces créatures de déferler sur le monde des mortels n’ait pas joué son rôle se demande Nessa. Et seraient-ce elles qui ont emporté son père, comme les sylphes, quelques années plus tôt, avaient attiré sa mère dans l’Outremonde ? Pour Nessa, une seule décision s’impose franchir les barrières de l’Outremonde, et tâcher de retrouver son père dans la Faërie, le royaume des sylphes.

Les collections « Harlequin » ont la réputation d’être « culcul » mais ce n’est pas le cas de toutes les collections, je n’aime pas les séries sentimentales, donc je rejoindrais un peu cet avis mais une belle histoire est toujours bonne à lire quel que soit les goûts.

Ma préférence donc, vous l’aurez compris, va à la collection » Luna », qui publie des romans fantasy très riches. Ce livre, »la dague d’Argent » est le premier d’une trilogie. Tout commence dans un petit village ou un forgeron disparait et ou un Gobelin mort est retrouvé.

Il existe deux mondes : le notre et l’outremonde, pays des êtres féériques, mais celui ci a été oublié des hommes car les portes ont été scéllées , il y a plusieurs siécles par une résille d’argent posé sur un globe de lune… Aujourd’hui, les deux mondes n’ont plus de frontières, des traites vivent dans chacun d’eux.

Il y a de nombreux personnages, humains comme féériques, il est un peu difficile au départ de s’y retrouver, mais l’écriture reste assez clair pour que l’on ne se perde pas. Il se passe beaucoup d’évènements, accompagné de révélations, il vaut mieux être attentive à chaque page. Cette richesse en fait un permier tome très agréable à lire, un des meilleurs Fantazy que j’ai lu.



Le premier tome, La prisonnière de Sparte, centré sur l’enfance et la jeunesse d’Hélène, devenue la femme de Ménélas et résignée à une vie sans passion, s’arrêtait à la fuite vers Troie avec Pâris. Cet amour indestructible conduira à la guerre la plus célèbre de l’Histoire, scellant le destin de tous ses illustres protagonistes.Avec le mélange d’érudition et de romanesque qui la caractérise, Margaret George nous plonge au coeur des passions de cette tragédie immémoriale. Grâce à une narration à la première personne qui permet au lecteur de s’identifier à son héroïne, elle ressuscite magnifiquement Hélène de Troie. Jamais « la femme la plus belle du monde » n’a paru plus vivante

Ce 2° tome se déroule lors de la guerre de Troie, la fuite de Paris et Hélène a donné un motif à Agamemnon pour combattre les Toyens.

Hélène voit ses anciens compatriotes au porte de Troie combattre ceux qui l’on acceuilli da,s cette magnifique ville ; les pertes et sacrifices de ses ancien amis l’a touche mais elle est aussi triste d’infliger des malheurs au Troyens ; Paris et Hélène se retrouvent dans une situation difficile.

Malgré que ce roman relate la guerre de Troie, nous assistons très peu aux combats, le lecteur est le plus souvent à l’intérieur de muraille au coté des femmes et de leur attente.

L’amour qui unit Paris et Hélène est toujours là, même si il fut un motif de guerre, celui-ci n’a plus lieu alors que les années passent ; leur séparation ne servira à rien, la guerre est an marche…

J’ai apprécié cette lecture, même si l’issue de cette guerre me peine, il en fut ainsi, cette lecture m’a remémoré cette page d’histoire. J’aurai toutefois aimé en savoir plus tout au long du livre sur d’autres personnages que l’on côtoie lors du premier tome.



et cetera