Petitepom lit…











9782266249904_110x183

Dans une petite ville du Mississipi, Harriet Cleve grandit dans l’ombre de son frère Robin, qui a été retrouvé pendu à un arbre du jardin, alors qu’elle n’était encore qu’une enfant. L’assassin n’a jamais été découvert et sa famille ne s’est jamais remise de ce drame. Brisée par le chagrin, sa mère, Charlotte, devenue l’ombre d’elle-même, se réfugie dans le sommeil. Le père a préféré fuir la maison, dont le climat est devenu irrespirable. La grand-mère, Edie, a sombré dans l’amertume depuis la disparition de son petit-fils préféré. Quant à Allison, la cadette, si belle et si effacée, elle semble traverser la vie comme un spectre, comme pour s’excuser de n’être pas morte à la place de son frère.Depuis Harriet grandit seule, livrée à elle-même, dans un monde imaginaire, avec la seule affection de ses grandes-tantes et d’une cuisinière excentrique. L’été de ses douze ans, hantée elle aussi par l’enfant mort et inspirée par l’histoire familiale ainsi que les romans de Stevenson et de Kipling, elle décide de résoudre le mystère du meurtre de Robin et de le venger avec la complicité de son camarade Hely. Mais l’enquête de Harriet débordera finalement les limites des jeux d’enfants pour découvrir la réalité menaçante et impitoyable des adultes.

j’ai lu que plusieurs lecteurs avaient abandonné, je pensé aimé ce livre, car le sujet me plaisait ; je m’attendais à une ambiance dans le sud de l’Amérique, dans une famille où j’aurai eu une petite place d’observatrice.

Mais ce n’est pas le cas, le sujet est mal traité car très vite on s’ennuie, le lecteur ne voit pas où on va, à une centaine de page, alors que je suis les préripéties d’un des personnages, je suis perdue et ne me sent plus investi dans cette famille.

Au départ, mes attentes sont recompensés, je fais connaissance avec les femmes de cette maison en deuil, j’espère m’installer confortablement parmi elle, mais cela ne dure pas longtemps, j’abandonne et suis triste de ce constat.

 

Publicités


couv53426988

Privés de leur talisman, les Nains ont tous disparu. La domination des Hommes, menés par Gorlois, semble inéluctable et menace maintenant le peuple des Elfes.

Seul Uter peut rétablir l’ordre ancien et rendre l’épée Excalibur à son peuple. Grâce à Merlin, il devient le Pendragon, chef de guerre des peuples libres. Mais son coeur est partagé entre une humaine, Ygraine, et la reine des Elfes, Lliane. De son choix dépend l’équilibre de la Terre…

Autant j’aime les films fantastiques, genre « le seigneur des anneaux » mais par contre ce sont des lectures dont je me suis lassée.

Dès le début de ce 2° tome, nous sommes en pleine préparation d’un combat : tout ce que je n’aime plus; j’ai donc vite abandonné cette lecture car je me suis très vite ennuyée.

lu dans le cadre du challenge :  » je termine ce que j’entreprends ».

 



9782253176503_110x177

Anastasia Steele, étudiante en littérature, a accepté la proposition de son amie journaliste de prendre sa place pour interviewer Christian Grey, un jeune et richissime chef d’entreprise de Seattle. Dès le premier regard, elle est à la fois séduite et intimidée. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier, jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille à mi-temps et lui propose un rendez-vous. Ana est follement attirée par cet homme. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, elle découvre son pouvoir érotique, ainsi que la part obscure qu’il tient à dissimuler… Romantique, libératrice et totalement addictive, la trilogie Fifty Shades, dont Cinquante nuances de Grey est le premier volume, vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais. Le roman le plus vendu dans le monde en 2012.

J’ai lu beaucoup d’avis contradictoire sur ce livre, certains ont aimé, d’autre on trouvé qu’il y avait trop de sexe. C’est une lecture érotique, donc c’est normal qu’il y ai du sexe, mais je ne trouve pas que ce soit le seul sujet même si c’est très présent.

Cette lecture m’a plu car la relation entre Ana et Christian commence avec du suspense, toute nouvelle relation a sa part de découverte, c’est vrai que le pigment dans ce livre est un peu fort, mais cela ne m’a pas choqué.

Ce qui m’a plu, c’est le role que chacun impose au départ mais qui n’est pas toujours respecté, le dominant se laisse attendrir et le soumise est bien souvent la meneuse.

On se demande jusqu’ou chacun va aller, lequel des deux va changer, j’y ai vu un jeu ou chacun cherche à changer les régles imposé au départ par Christian : jusqu’où va -t-elle aller par amour pour Christian, Est -il prêt à changer pour elle?

C’est une lecture détente, pas de la grande littérature, mais en accord avec une société libre que j’ approuve.

 



9782290344392_110x177

« Serments en deuil » tome10

La narcheska Elliania a quitte avec ses hommes la cour de Castelcerf pour retourner sur ses îles d’outre-mer. Dans quelques mois, le prince Devoir la rejoindra pour y affronter un dragon, et tenir ainsi sa promesse. Fitzchevalerie, l’ancien assassin royal, dispose de ce laps de temps pour parvenir a créer autour de Devoir un clan d’artiseurs qui devra le protéger lors de ce voyage. Mais les candidats sont rares, et l’attention de Fitz est bientot requise ailleurs : les Pie continuent de mettre a mal l’action politique de la reine Kettricken en faveur des Vifiers. Et la rumeur voudrait que leur chef, le manchot Laudevin, soit de retour. Or Fitz sait pertinemment qu’il n’est pire ennemi que celui que l’on a mutile…

L’ambiance de ce tome a un peu changé et me chagrine, les aveux dévoilés dans le tome précédent en sont la cause, ainsi que le passé de Fitz qui refait surface.

Alors que l’amitié entre le fou et Fitz s’effrite un peu, un clan va se former autour du prince Devoir, ce clan est très uni et riche par la différence de ces individus qui le forme. Cette ambiance et ce lien est confortable pour le lecteur qui s’installe à leur coté.

Entre espionnage et roman médiéval, ce cycle est toujours captivant. A la fin de ce roman, nos amis vont à la rencontre de dragon de Glace avec une menace qui plane sur le Fou, et qui serait désastreuse pour l’équilibre de son catalyseur, Fitz, tout cela me donne envie de lire la suite.

 



41MGB49SZXL__SL160_

Ce roman, ancêtre de tous les thrillers, révèle une sorte de Hitchcock de la littérature : suspense, piège retors, terreurs intimes, inconvenances… Laura Fairlie a été contrainte d’épouser sir Glydde, un faux baronnet qui ne songe qu’à se débarrasser d’elle en la faisant enfermer à la place d’une folle. Mais il n’a pas imaginé que sa femme pouvait s’échapper de l’asile…

J’avais entendu parlé de ce livre, tout le monde en faisait des éloges, vu son épaisseur, j’étais un peu rétissante, tout en sachant pourtant que j’allais aimé ce classique.

L’ayant trouvé dans un vide grenier, je me suis lancé dans cette lecture et je dois dire que j’ai été tout de suite conquise. C’est un classique, cela se passe en 1820 à peu près, il y a 3 époques :

Dans la première nous faisons connaissance des personnages mais déja il y a un mystère qui apparait : la dame en blanc et ses paroles troublantes.

La deuxième époque est le mariage, et le complot qui se met en place, c’est à travers plusieurs paroliers que nous découvrons l’affaire mais chacun n’a pas toujours tout les éléments, le lecteur doit être patient.

La dernière époque est l’enquète mené par un professeur de dessin qui fut le premier à nous parler de la dame en blanc et à s’y interésser.

Ce livre ne se lit pas en quelque jours, on s’imprégne de l’ambiance et on s’y installe avec plaisir.

 



9782290344385_110x178

Les secrets de Castelcerf »tome9

FitzChevalerie, l’assassin royal, vient tout juste d’arracher l’héritier ou trône des Six-Duchés, le prince Devoir, des griffes de la famille Pie. Reprenant son identité d’emprunt de Tom Blaireau, Fitz aspire enfin au repos : pour clarifier sa relation avec Jinna, la sorcière des Haies ; pour voir grandir Heur, son fils adoptif ; et pour pleurer la mort de son compagnon de toujours, le loup œil-de-nuit. Hélas, les fiançailles annoncées du prince Devoir avec la Narcheska Elliania vont brusquement réclamer toute son attention. Et si les Pie profitaient du ballet diplomatique pour tenter un nouvel et dangereux coup d’éclat ? L’art et le vif ne lui seront pas de trop pour percer à jour tous les secrets de Castelcerf…

Ce 9° tome se passe à Castelcer,f comme les 3 premiers de la série et je m’en suis réjouis, je retrouve un lieu familier, rempli de passages secrets qui facilitent le travail d’espion de fitz.

Ce rôle d’espion est renforcé par des descrïptions très précises des personnages, venus à la cour pour les fiançailles de Devoir. Cela n’est pas anodin, il permet au lecteur de bien cerner les intrigues qui se jouent et leurs importances. De coup, la lecture est passionnante avec des aveux époustouflants.

C’est jusque là, le tome le plus rempli de révélations, certaines ont levé les doutes qu’il me restaient ; avec l’arrivée d’une Vivinef de Terriville et de personnages connus dans les aventuriers de la mer, le voile est levée sur beaucoup d’interrogation (je conseille de lire le AVDLM avant cette 2° partie de l’AR qui commence au tome7). Pour ceux, comme moi qui l’on lu avant, c’est un régal.

Alors que j’avance dans cette série, cela devient de plus en plus passionnant.

 



et cetera