Petitepom lit…











cvt_Althea-ou-la-colere-dun-roi_6478Althéa, orpheline, est élevée par les époux Fouquet. Nicolas Fouquet, alors surintendant des Finances de Louis XIV, est l homme le plus riche et le plus influent du royaume. L enfant grandit à Vaux-le-Vicomte, entourée de tous les artistes et hommes de lettres que compte le siècle. Le point culminant de cette existence heureuse et raffinée sera la fête que donne Fouquet en l honneur du Roi au cours du mois d août 1661. Ce dernier s offusque de tant de munificence et fait arrêter son ministre. Alors commence pour celui-ci la descente aux enfers : un procès honteux et la réclusion à perpétuité. Althéa, devenue une femme, tente alors le tout pour le tout afin de faire libérer son père adoptif, aidée en cela de Mergenteuil, dont elle est éprise. Ordre des Templiers ou secret du Masque de fer. Ils découvrent ensemble la trame d un vaste complot…

C est un roman très divertissant et agréable à lire, de plus, comme c’est un roman historique, cela permet de réviser notre histoire de France.
J’aime les livres historiques quand ils sont romancés, c’est le cas dans celui-ci : Althéa, fille adoptive de Fouquet est une jeune fille intrépide, qui n’a pas peur des convenances pour arriver à ses fins, cela rend la lecture légère, ca se lit très vite.
On y retrouve des secrets d’état du règne de Louis XIV, qui a toujours pimenté les romans historiques et dont, je l’avoue je suis fan.



51FV4ZUcleL._SX210_Gwyneira – l’une des deux héroïnes du Pays du nuage blanc – élève sa petite-fille Kura et s’inquiète pour elle. La jeune métisse de quinze ans, surnommée la reine maorie, possède un physique et une voix magnifiques qui suscitent l’admiration.
Mais, capricieuse et uniquement intéressée par la musique, Kura refuse d’assumer son rôle d’héritière de Kiward Station, le domaine familial. Gwyneira décide alors de l’envoyer en pensionnat pour lui donner une éducation stricte.
C’est alors que Kura rencontre William Martyn – le fiancé de sa cousine, la petite-fille d’Hélène – autre héroïne du Pays du nuage blanc… Le coup de foudre est réciproque. Kura et William décident de se marier, au grand dam de tous.
Kura pourra-t-elle cependant se contenter d’un rôle d’épouse alors qu’une grande carrière musicale lui est promise ?
Portée par un puissant souffle romanesque, ce roman confirme le talent d’une auteure découverte avec Le Pays du nuage blanc….

J’ai voulu lire ce livre car je gardais un bon souvenir du précédent « le pays du nuage blanc« . Cela faisait un moment que j’avais lu ce premier tome, je pensais que les détails reviendraient en commençant le 2°. Malheureusement, ce ne fut pas le cas, dans les premières pages , j’étais perdu, puis peu à peu, je suis rentrée dans l’histoire. Toutefois, je n’ai pas été captivée par l’histoire, il y a même des passages qui m’ont ennuyé. Je ne lirai pas la suite de cette saga.



bm_CVT_Une-derniere-danse_5599

Derrière les tours majestueuses de l’Alhambra, les ruelles de Grenade résonnent de musique et de secrets. Venue de Londres pour prendre des cours de danse, Sonia ignore tout du passé de la ville quand elle arrive. Mais une simple conversation au café El Barril va la plonger dans la tragique histoire de la cité de Garcia Lorca et de la famille qui tenait les lieux.

Soixante-dix ans plus tôt, le café abrite les Ramirez : trois frères qui n’ont rien d’autre en commun que leur amour pour leur sœur, Mercedes. Passionnée de danse, la jeune fille tombe bientôt sous le charme d’un gitan guitariste hors pair. Mais tandis que l’Espagne sombre dans la guerre civile, chacun doit choisir un camp. Et la fratrie va se déchirer entre résistance, soumission au pouvoir montant, ou fuite.

Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d’imaginer à quel point cette histoire va bouleverser sa propre existence…

Mon avis sur cette lecture est assez mitigée car si j’ai bien aimé l’histoire de Mercedes, celui de ses frères m’a moins passionné. J’aime les romans historiques, apprendre l’histoire à travers des romans, mais j’aime peu les passages qui relatent de la guerre car ils tournent au documentaire, j’aurai aimé que ces passages soient abordés différemment, cela reste mon avis. A part ces passages, j’ai pris du plaisir à lire ce roman, je ne connaissais pas trop bien cette période de l’histoire de l’Espagne.
Je trouve original, la façon dont le récit est construit, une anglaise qui va en Espagne, qui y rencontre Miguel, propriétaire d’un café ; ce dernier va lui raconter la passion que Mercedes avait pour le Flamenco, puis les années de guerre…
les révélations finales n’ont pas été une surprise, j’ai assez vite compris les liens entre les personnages mais cela ne gâche en rien la lecture.



CVT_Kinderzimmer_6925.jpgEn 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plusieurs dizaines de milliers de détenues. Mila a vingt-deux ans quand elle arrive à l’entrée du camp. Autour d’elle, quatre cents visages apeurés. Dans les baraquements, chacune de ces femmes va devoir trouver l’énergie de survivre, au très profond d’elle-même, puiser chaque jour la force d’imaginer demain.
Et Mila est enceinte mais elle ne sait pas si ça compte, ni de quelle façon.

ce livre est lauréat du 1er prix S.O.S Libraires en 2014

Il est difficile de parler de ce livre, histoire est très dure, une page tragique de notre histoire. L’écriture est particulière dans ce roman, des phrases courtes, souvent à l’infinitif, cela décrit toute l’horreur tel un marteau piqueur, qui relate la vie de ses femmes prisonnières d’un camp de concentration. Il y a surtout l’histoire de Mila et son bébé qui nous fait découvrir la Kinderzimmer : la chambre des enfants.
Ce livre restera gravé dans ma mémoire, j’ ai aimé cette lecture mais j’avoue que certaines passages sont dures.



sm_cvt_les-ferrets-de-la-reine_14651624 : tandis que se négocient âprement les conditions du mariage entre le prince de Galles et Henriette, la sœur du roi Louis XIII, le jeune Louis Fronsac, âgé de douze ans, entre en sixième au collège de Clermont.

Louis va se lier d’amitié avec un enfant noble et découvrir une redoutable conspiration conduite dans le collège même. Cet ami est un jeune orphelin, pensionnaire comme lui, nommé Gaston de Tilly.

Conduit par des jésuites hostiles à l’alliance anglaise, le complot vise à ruiner la confiance entre la France et l’Angleterre, au risque de broyer la reine de France, Anne d’Autriche. Louis, enfant roturier sans relation à la Cour, devra utiliser toute son ingéniosité pour prévenir la reine, afin qu’elle ne porte pas, lors d’un bal, les faux ferrets de diamants offerts par l’Angleterre.

Entre tavernes louches, pièces secrètes du collège et repaires de bandits, Louis et Gaston cherchent par tous les moyens à sauver la reine, avec cette première enquête qui révèle de fins limiers en devenir !

J’ai acheté toutes une séries des aventures de Louis Fronsac, avant d’acheter celui ci, j’attendais de ces lectures une histoires policières autant qu’historiques, dans ce premier volet Louis Fronsac est un enfant, du coup ce livre relate plus d’éducation, et cela ne m’a pas emballé. Je lirais par contre les autres romans qui sont dans ma bibliothèque car le coté plus policier devrait me plaire.



51gcKwpHjpL._SX210_En cette année 1831, Mary, une fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible et sévère, en bref, une vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset.

Simple et franche, lucide et impitoyable, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée travailler chez le pasteur Graham, afin de servir et tenir compagnie à son épouse, femme fragile et pleine de douceur.

Elle apprend avec elle la bienveillance, et découvre avec le pasteur les richesses de la lecture et de l’écriture.. mais aussi l’obéissance, l’avilissement et l’humiliation.

Finalement, l’apprentissage prodigué ne lui servira qu’à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Et son implacable confession.

J’ai adoré ce petit livre, c’est la confession d’une fille de ferme qui est embauchée chez un pasteur, le style est enfantin car notre narratrice vient d’apprendre à lire et à écrire. Elle en est que plus attachante.



et cetera