Petitepom lit…











CVT_Kinderzimmer_6925.jpgEn 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plusieurs dizaines de milliers de détenues. Mila a vingt-deux ans quand elle arrive à l’entrée du camp. Autour d’elle, quatre cents visages apeurés. Dans les baraquements, chacune de ces femmes va devoir trouver l’énergie de survivre, au très profond d’elle-même, puiser chaque jour la force d’imaginer demain.
Et Mila est enceinte mais elle ne sait pas si ça compte, ni de quelle façon.

ce livre est lauréat du 1er prix S.O.S Libraires en 2014

Il est difficile de parler de ce livre, histoire est très dure, une page tragique de notre histoire. L’écriture est particulière dans ce roman, des phrases courtes, souvent à l’infinitif, cela décrit toute l’horreur tel un marteau piqueur, qui relate la vie de ses femmes prisonnières d’un camp de concentration. Il y a surtout l’histoire de Mila et son bébé qui nous fait découvrir la Kinderzimmer : la chambre des enfants.
Ce livre restera gravé dans ma mémoire, j’ ai aimé cette lecture mais j’avoue que certaines passages sont dures.



sm_cvt_les-ferrets-de-la-reine_14651624 : tandis que se négocient âprement les conditions du mariage entre le prince de Galles et Henriette, la sœur du roi Louis XIII, le jeune Louis Fronsac, âgé de douze ans, entre en sixième au collège de Clermont.

Louis va se lier d’amitié avec un enfant noble et découvrir une redoutable conspiration conduite dans le collège même. Cet ami est un jeune orphelin, pensionnaire comme lui, nommé Gaston de Tilly.

Conduit par des jésuites hostiles à l’alliance anglaise, le complot vise à ruiner la confiance entre la France et l’Angleterre, au risque de broyer la reine de France, Anne d’Autriche. Louis, enfant roturier sans relation à la Cour, devra utiliser toute son ingéniosité pour prévenir la reine, afin qu’elle ne porte pas, lors d’un bal, les faux ferrets de diamants offerts par l’Angleterre.

Entre tavernes louches, pièces secrètes du collège et repaires de bandits, Louis et Gaston cherchent par tous les moyens à sauver la reine, avec cette première enquête qui révèle de fins limiers en devenir !

J’ai acheté toutes une séries des aventures de Louis Fronsac, avant d’acheter celui ci, j’attendais de ces lectures une histoires policières autant qu’historiques, dans ce premier volet Louis Fronsac est un enfant, du coup ce livre relate plus d’éducation, et cela ne m’a pas emballé. Je lirais par contre les autres romans qui sont dans ma bibliothèque car le coté plus policier devrait me plaire.



51gcKwpHjpL._SX210_En cette année 1831, Mary, une fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible et sévère, en bref, une vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset.

Simple et franche, lucide et impitoyable, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée travailler chez le pasteur Graham, afin de servir et tenir compagnie à son épouse, femme fragile et pleine de douceur.

Elle apprend avec elle la bienveillance, et découvre avec le pasteur les richesses de la lecture et de l’écriture.. mais aussi l’obéissance, l’avilissement et l’humiliation.

Finalement, l’apprentissage prodigué ne lui servira qu’à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Et son implacable confession.

J’ai adoré ce petit livre, c’est la confession d’une fille de ferme qui est embauchée chez un pasteur, le style est enfantin car notre narratrice vient d’apprendre à lire et à écrire. Elle en est que plus attachante.



sm_7188_489787

Toute à la gérance de son domaine et à l’élaboration de parfums, la jolie Clare, maîtresse de Désir, une île perdue au large des côtes anglaises, se serait volontiers passée d’un mari. Mais au Moyen-âge, une femme décide rarement de son sort, à plus forte raison lorsqu’elle est orpheline et que son suzerain et tuteur la somme de prendre époux. Convoîtée par les seigneurs voisins, l’île a besoin d’un homme pour la défendre et c’est à contrecoeur que Clare se résout à accueillir les deux prétendants que lui envoie son tuteur. Si mari elle doit prendre, la dame de Désir, qui rêve d’amour courtois, a certaines exigences. Et les deux colosses qui prétendant à sa main sont loin de correspondre à son idéal…
c’est une lecture détente, agréable à lire.

 



sm_cvt_La-Bible-au-feminin-Tome-1--Sarah_6979

 » On disait de moi que j’étais la plus belle des femmes. D’une beauté qui faisait peur autant qu’elle attirait. Une beauté qui a séduit Abram dès son premier regard sur moi. Une beauté qui ne se fanait pas, troublante et maudite comme une fleur qui jamais n’engendra de fruit. « . Quelle est donc l’histoire de cette femme si belle qui accompagna Abraham, père du monothéisme, sur les routes de Mésopotamie, de Canaan et d’Égypte ? Épouse aimante d’un homme promis par Dieu à fonder un grand peuple, Sarah traverse toutes les épreuves de la stérilité : le sentiment de culpabilité, le mépris, l’adultère, le choix de l’adoption ou de la mère porteuse… Passionnée et bouleversante, elle est l’une des héroïnes les plus modernes de la Bible
j’aime beaucoup cette auteur qui nous fait redécouvrir la bible vu par les femmes.


sm_cvt_Les-galeres-de-lOrfevre--Marseille-1703_1666

En 1702, des milliers de forçats survivent aux galères de Marseille. La violence, le meurtre, la torture, le chantage et la débauche règnent dans ce monde férocement hiérarchisé. Au cœur de ce chaudron du diable des complots s’ourdissent, la contrebande s’organise et, très vite, on ne sait plus qui des gardiens ou de la chiourme sont les pires prédateurs. Les galériens ont même réussi à organiser un gigantesque trafic de sel qui met en péril les finances du royaume… Un proche du roi demande alors au procureur Guillaume de Lautaret de se laisser condamner pour meurtre et de mener l’enquête de l’intérieur. Mais peu d’hommes ont connaissance du stratagème et, bientôt, le piège se referme… Guillaume est désormais seul au plus profond de l’enfer.

J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre les aventures de Guillaume et son épouse Delphine, de Paris à Marseille.
Nous découvrons la vie des galériens à Marseille, sous Louis XIV, tout en lisant un bon policier.

 



et cetera