Petitepom lit…











bm_cvt_demain-jarrete-_3496

Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides.
Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement: pour qui avons- nous fait le truc le plus idiot de notre vie?

Pas de coup de cœur, je me suis ennuyée avec cette lecture.

 

Publicités


sm_cvt_les-ferrets-de-la-reine_14651624 : tandis que se négocient âprement les conditions du mariage entre le prince de Galles et Henriette, la sœur du roi Louis XIII, le jeune Louis Fronsac, âgé de douze ans, entre en sixième au collège de Clermont.

Louis va se lier d’amitié avec un enfant noble et découvrir une redoutable conspiration conduite dans le collège même. Cet ami est un jeune orphelin, pensionnaire comme lui, nommé Gaston de Tilly.

Conduit par des jésuites hostiles à l’alliance anglaise, le complot vise à ruiner la confiance entre la France et l’Angleterre, au risque de broyer la reine de France, Anne d’Autriche. Louis, enfant roturier sans relation à la Cour, devra utiliser toute son ingéniosité pour prévenir la reine, afin qu’elle ne porte pas, lors d’un bal, les faux ferrets de diamants offerts par l’Angleterre.

Entre tavernes louches, pièces secrètes du collège et repaires de bandits, Louis et Gaston cherchent par tous les moyens à sauver la reine, avec cette première enquête qui révèle de fins limiers en devenir !

J’ai acheté toutes une séries des aventures de Louis Fronsac, avant d’acheter celui ci, j’attendais de ces lectures une histoires policières autant qu’historiques, dans ce premier volet Louis Fronsac est un enfant, du coup ce livre relate plus d’éducation, et cela ne m’a pas emballé. Je lirais par contre les autres romans qui sont dans ma bibliothèque car le coté plus policier devrait me plaire.



{18 octobre 2015}   Maman a tort- Michel Bussi

9782258118621_200x321

J’ai découvert l’auteur avec « L’avion sans elle », j’en garde un bon souvenir ; j’ai  eu envie d’en lire un autre : Le résumé de celui ci m’a intrigué….

Mardi 2 novembre 2015. Lorsque Vasile, psychologue scolaire, se rend au commissariat du Havre pour rencontrer la commandante Marianne Augresse, il sait qu’il doit se montrer convaincant. Très convaincant. Si cette fichue affaire du spectaculaire casse de Deauville, avec ses principaux suspects en cavale et son butin introuvable, ne traînait pas autant, Marianne ne l’aurait peut-être pas écouté.
Car ce qu’il raconte est invraisemblable : Malone, trois ans et demi, affirme que sa mère n’est pas sa vraie mère. Sa mémoire, comme celle de tout enfant, est fragile, elle ne tient qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche…
Vasile le croit pourtant. Et pressent le danger. Jeudi 4 novembre 2015, tout bascule. Le compte à rebours a commencé. Qui est Malone ?

Je suis déçue par cette lecture, l’histoire du petit garçon m’intriguait, mais que de longueurs pour arriver à l’essentiel.

Je ne peux pas dire ce que livre n’est pas bien, mais je préfère des policiers plus mouvementés, ceux qui aiment les détails et que l’on décortiquent le coté psychologique, trouveront ce livre intéressant, Pour moi, c’es trop décortiqué et long a avancer.

Au départ, j’ai lu toutes les pages, puis peu à peu, je me suis lassée, curieuse de connaitre l’histoire de Malone, j’ai sauté des pages pour lire que ce qui concerné Malone, tout fini par se regrouper et s’expliquer, c’est une belle intrigue, dommage que la construction soit si lente.



{4 octobre 2015}   Je voyage seule-Samuel Bjork

9782298097917_200x326Je ne connais pas cet auteur, c’est un prêt ; la 4° couverture me plait bien….

Elles n’avaient que 6 ans …
En pleine forêt norvégienne, une enfant est retrouvée pendue à un arbre. Sur son dos, un cartable d’écolière; autour de son cou, une pochette d’une compagnie aérienne avec ces mots : « Je voyage seule ».
L’inspecteur Holger Munch, chargé de l’enquête, fait appel à son ancienne coéquipière Mia Kruger, jeune policière de génie. Quand Mia découvre le chiffre 1 inscrit sur un doigt de la victime, la tension monte d’un cran : il y aura d’autres meurtres identiques, assure-t-elle. La suite lui donne raison… Jusqu’où ira le tueur ? Comment arrêter le massacre ? Une enquête terrifiante, qui frappera les deux policiers plus intimement qu’ils ne le croient…

Ca commence super bien, la découverte de ces petites filles est touchante, nous sommes de tout cœurs avec les enquêteurs pour stopper ce malade.

Mais la construction de l’histoire m’a déçue, au départ, c’est lent à se mettre en place et une fois que l’équipe est réunis pour cette enquête, il y a que Mia qui apporte quelque chose d’intéressant dans l’affaire, elle a le don de trouver où il faut chercher ; les autres enquêteurs sont trop en second plan, même son coéquipier.

Alors que les policiers se retrouvent  directement impliqué , dans leur vie privée, j’espérais quelque chose mais rien ne venait, c’est confus, j’ai fini par fermer le livre sans aller au bout.



9782702138014_200x315Cela fait presque qu’un an que ce livre m’a été choisi, dans le cadre du challenge  » choisir dans sa PAL », je me décide enfin à le lire….

Quand la police de l’Ohio arrête l’auteur présumé de trois, voire quatre viols de jeunes femmes, elle croit tenir un cas facile : les victimes reconnaissent formellement le coupable, et celui-ci possède chez lui la totalité de ce qui leur a été volé. Pourtant, ce dernier nie farouchement : il reconnaît les vols, mais pas les viols. Son comportement étrange amène ses avocats commis d’office à demander une expertise psychiatrique. Et c’est ainsi que tout commence…
On découvre que William Stanley Milligan possède ce que l’on appelle une personnalité multiple, affection psychologique très rare qui fait de lui un être littéralement « éclaté » en plusieurs personnes différentes qui tour à tour habitent le corps de Billy. Il y a Arthur, un Londonien raffiné, cultivé, plutôt méprisant, et puis Ragen, un Yougoslave brutal d’une force prodigieuse, expert en armes à feu. En tout, 24 personnalités d’âge, de caractère, et même de sexe différents.
L’Affaire Billy Milligan a fait la une des journaux américains, fascinés par ce cas et par la lutte qu’ont menée les psychiatres et Billy lui-même pour essayer de « fusionner » en un seul individu ses 24 personnalités. Quant au livre, construit comme un véritable drame shakespearien, il est le résultat de mois et de mois de rencontres et d’entretiens entre Daniel Keyes et… Ragen, Arthur, Allen et les autres.

Je n’accroche pas à cette lecture, les multiples personnalités de Billy m’embrouillent, j’ai du mal à comprendre qui sont les personnages réels et fictifs dans la tête de Billy. On retrouve des similitudes avec  » des fleurs pour Algernon » de l’auteur, il décortique et s’intéresse au disfonctionnement  du cerveau humain, dans l’un c’est futuriste, dans celui ci c’est réel. Je suis pas fan des fait divers, je préfère les fictions.

J’ai lu que la 1° partie et supervisé la suite ; dans ces premières pages, on assiste à une répétition de traitement, au départ il est intéressant de découvrir ces multiples personnalités mais peu à peu c’est lassant surtout que les traitements n’apportent pas, je trouve des résultats ; je ne connais pas la psychiatrie, c’est surement très long ; mais moi, je veux lire un livre qui avance et suivre un cours de psychologique.

Du coup, j’abandonne cette lecture.



51Zy9hGlKFL__AA324_PIkin4,BottomRight,-47,22_AA346_SH20_OU08_

Jenna est une jeune femme dévastée quand elle revient chez ses parents, Sibylle, une femme autoritaire et froide, et Patrice, un homme totalement effacé. En attendant que naisse cet enfant qui grandit en elle mais dont elle ne veut pas, elle se souvient de cet hiver, neuf ans auparavant, où sa mère la contraignit à passer Noël chez son amie Élisabeth. Là, elle fit la connaissance d’un jeune Américain, Ryan, de passage lui aussi dans cette maison. L’amour naquit entre eux, un amour désespéré car tout les séparait. Ryan était en couple et la France n’était pas son pays. Il ne restait plus à Jenna qu’à combattre son attirance, mais elle en était incapable, pas même dans les bras d’Alec, son ami de toujours.

Et tandis qu’elle revit ces souvenirs et que son enfant vient au monde, elle entrevoit la possibilité d’un pardon et du retour de la lumière dans sa vie.
Les premières pages m’ont déconcerté, j’avais du mal à m’y retrouver car il y a tout de suite beaucoup de personnages, il faut un certains temps pour que le lecteur plante le décor et commence à rentrer dans le livre.
Le début de l’histoire entre Jenna et Ryan m’ont plu, malgré un manque d’entrain, je trouvais que c’était un peu lent, j’attendais qu’il se passe quelque chose de palpitant. La séparation entre nos deux héros, et la dépression de jenna a renforcé ce sentiment d’ennui, le seule chose positive est l ‘amitié de jenna et Alec.
J’avais lu de bons avis sur ce livre, avec moi, cela n’a pas du tout fonctionné, j’ai abandonné alors que Jenna retrouve Ryan, cela aurai du me donner envie de connaître la fin, mais non ; les parties en italyque ne donnent pas  envie de continuer, c’est déprimant. J’ai besoin de lecture plus distrayante. 🙂



et cetera