Petitepom lit…











9782253176527_110x177

Ana et Christian ont tout pour être heureux : l’amour, la fortune et un avenir plein de promesses. Ana apprend à vivre dans le monde fastueux de son M. Cinquante Nuances, sans perdre son intégrité ni son indépendance, tandis que Christian s’efforce de se défaire de son obsession du contrôle et d’oublier son terrible passé. Mais bientôt, alors que tout semble leur sourire, le destin les rattrape et leurs pires cauchemars deviennent réalité… Un happy end est-il possible pour Christian Grey et Anastasia Steele ? Romantique, libératrice et totalement addictive, la trilogie Fifty Shades, dont Cinquante nuances plus claires est le dernier volume, vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais.

Je le prends, le repose,pour lire d’autres livres, ce troisième tome est de trop ; l’histoire stagne, la menace qui plane sur notre couple de héros est en attente, Ana et Christian sont en plein lune de miel, je m’ennuie. J’aime bien les livres érotiques mais il faut qu’il y ai un histoire de fond, pas seulement des scénes de sexe ; pour le moment il ne se passe que cela ; dans le 1° tome c’était chouette à lire, dans le deuxiéme ca évolue mais là…., j’abandonne, cette lecture m’ennuie.

A part les expériences sexuelles entre Ana et Christian, il ne se passe pas grand chose dans cette trilogie, un seul tome aurai suffit ; j’ai aimé leurs jeux érotiques, c’est sympa à lire mais pour moi trop long et pas assez d’action autres que le sexe.

 

Publicités


9782260022008_110x170

Lia vient d’avoir vingt ans. À la mort de son arrière-grand-mère, elle se retrouve dans sa maison de famille, dans les Landes, avec sa mère, sa grand-mère et la meilleure amie de la défunte. Durant ces quelques jours de funérailles, de deuil et d’intimité partagée, vient le moment d’échanger ses souvenirs, mais aussi de mettre de l’ordre dans les affaires de l’aïeule. Lia découvre à cette occasion des carnets de notes et des lettres soigneusement consignés dans une boîte à chaussures.
À sa grande surprise, ces écrits relatent une version bien différente de la disparition du mari de son arrière-grand-mère que celle racontée depuis toujours dans le cercle familial. Poignantes, ces lettres révèlent surtout un destin brisé par la honte et le chagrin. Lia doit-elle garder pour elle un secret jalousement protégé pendant soixante ans par son arrière-grand-mère ?Ces révélations ne risquent-elles pas de déclencher un cataclysme parmi ces quatre générations de femmes ? Et que faire de l’image si lisse, et en vérité si faussée, qu’elle avait de cette très vieille dame ? Comment lui pardonner son mensonge ? Les conséquences de cette falsification de l’histoire familiale s’éclairent peu à peu dans l’esprit de la jeune fille et bousculent son propre rapport à la famille, aux hommes, à l’amour. Car c’est toute une lignée de femmes qui semble en avoir été victime, en porter les stigmates. Roman initiatique, Le Cercle des femmes démontre qu’un secret de famille marque – radicalement parfois – toute une descendance. Telle cette tribu très attachante qui a laissé peu de place à l’élément masculin dans le huis clos familial, sans jamais en saisir la raison. Lia saura-t-elle transformer ce sentiment de trahison en pardon ? Sa colère en bienveillance ? Saura-t-elle rompre la fatalité du  » cercle des femmes  » pour s’ouvrir aux hommes et à l’amour ?
Servi par une écriture originale, pleine de fraîcheur, Le Cercle des femmes est porté par une petite musique qui nous entraîne d’une page à l’autre dans une galerie de personnages féminins aussi touchants que fantasques.

Parmi toutes les sorties littéraires que nous proposent les éditeurs pour la rentrée, j’ai fini par choisir celui-ci, d’abord pour le titre et l’envie de découvrir un secret.

Le narrateur est la plus jeune Lia qui va se rendre à l’enterrement de son arrière grand mère, elle y retrouve sa mère et grand mère ; alors qu’elle range les affaires de cette Mamie Alice décédée, elle découvre un secret qui va apporter des bouleversements dans la vie de Lia et surtout des interrogations sur les relations entre les hommes et les femmes, l’amour, la passion….

Ce livre est une belle histoire de femmes qui ont su, ou non recoller les cicatrices de la vie ; il m’est difficile de parler de cette lecture, chacun y trouvera des leçons selon son histoire, moi, je résume mon ressenti dans cette phrase :

: « Quand ta vie n’a de sens qu’avec l’autre, quand tu ne respires qu’à son contact, que tu ris quand il rit, que tu souffres quand il souffre, alors c’est que tu t’es perdu dans l’autre…. C’est le symptôme de la passion….La passion n’est pas l’amour ».

 



51vpLZO2T7L__SL160_

Première Loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la Première Loi.
Troisième Loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi.

C’est une série que j’ai déja lu à l’adolescence et que j’ai gardé depuis. J’ai toujours voulu la relire, le challenge  » choisir dans sa PAL » a été le moyen de l’ouvrir.

Cette envie de relecture a été renforcé avec la sortie du film I-Robot.

Ce premier tome nous amène dans les premieres années des robots et met en avant les erreurs humaines. Les robots sont conçu pour imiter l’Homme sans le mettre en danger mais, au contraire de l’Homme, son raisonnement n’a aucune nuance et cela entraine des disfonctionnementsque les scientifiques doivent résoudre pour améliorer les robots.

Une partie est écrite en italique, c’est la présent avec une interwiew de Susan Calvin, la robospychologue de U.S.Robots, les autres chapitres relatent les souvenirs de Susan pendant ces premiers pas de la robotiques et ces premières erreurs.

C’est de la science fiction, facile à lire car principalement faits de dialogues, bien que certaines analyses scientifiques m’ont un peu échappé, la logique mathématique n’est pas mon point fort :), dans l’ensamble c’est compréhensible.

Ce roman présenté seul ne m’aurai pas emballé car il se passe principalement dans l’espace ou sur des Stations, ce qui n’est plus ce que je recherche dans la SF, le fait que ce soit le 1° d’une série m’a motivé à le lire. J’espère que les suivants me ramèneront sur Terre au contact des humains confrontés à des robots dans leurs vies quotidiennes ; comme la série TV « Réal Humans » que j’ai adoré.



9782290059289_110x166

Sookie et Arlene, c’est une longue histoire. Le jour où Arlene va reprendre son job, Sookie ne voit pas pourquoi elle lui ferait ce plaisir. Après tout, Arlene a tout de même voulu la faire crucifier.Quad à sa relation avec Eric, elle s’évapore dans un silence glacial, et il ira jusqu’à ordonner à ses vampires de garder leurs distances…Quand Sookie en apprend la raison, elle est dévastée. Les choses se compliquent encore quand Arlene est retrouvé morte. Elle est immédiatement soupçonnée du crime.

Je finis cette série sans regret, j’ai aimé revenir à chaque tome à Bon Temps, mais les derniers tomes étaient moins passionnants.

Les premiers de la série nous amènent à decouvrir de nouvelles créatures, il y des révélations sur le passé de la famille à Sookie et sur sa nature de téléphate.

Puis peu à peu, on tourne plus vers du policier et j’avais un peu de mal à m’y retrouver : les rites et coutumes des vampires et des loups, et leurs hiérarchies sont parfois difficiles à suivre.

De plus, il ya beaucoup de personnages qui passent et que l’on retrouvent plus tard et j’avoue que j’étais un peu larguée, ne sachant plus qui ils étaient ou quoi.

Je suis allée au bout de cette série curieuse d’en connaitre la fin, et de voir comment les amours de Sookie allaient evoluer, c’est d’ailleurs la seule chose qui était présente et suivi dans tout les tomes.

Je ne sais plus qui a tué qui et pourquoi, ayant lu cette série sur une longue période, ce fut tout de même de bons moments de lecture détente.

 



9782264051677

Qui était vraiment Nouf ? Fille aînée d’une riche famille saoudienne, elle disparaît peu avant son mariage et est retrouvée morte dans le désert. Fugue, accident, enlèvement ou meurtre ? Une enquête haletante des dunes apaisantes du désert à l’univers claustré de Djeddah.

Un fiancé, un train de vie luxueux, une famille aimante : Nouf a tout abandonné pour s’enfuir dans les dunes du désert d’Arabie Saoudite deux jours avant ses noces. Lorsque les équipes lancées à sa recherche retrouve la jeune fille, il est déjà trop tard. On conclue à un accident, mais le frère de Nouf demande à un ami, Nayir, d’enquêter sur la mort de sa soeur. Déterminé à lever le voile sur cette affaire, cet homme d’action, plus à l’aise dans le silence des dunes qu’en présence des femmes, va trouver en Katya, médecin légiste à la beauté troublante, une alliée inattendue. Une quête de vérité qui va les mener du désert et de ses mirages au dédale de la cité de Djeddah et ébranler leurs certitudes à jamais…

La couverture et le titre m’ont attiré, je n’ai pas lu la 4° couverture, sûr que ce livre allait me plaire et ce fut le cas.

Nous sommes en Arabie Saoudite, le pays le plus riche des Emirats Arabe mais aussi le plus pratiquant. Les hommes et les femmes ne se côtoient pas, une police religieuse veille au respect des lois du Coran.

On se demande comment Nayir va –t-il pouvoir connaître la vérité, sans pouvoir côtoyer les femmes et ne pas offenser les frères de la victime qui sont d’une famille riche et intouchable?. Katya, une laborantine et fiancée à l’un des frère va aussi s’intéresser à cette affaire ; il leurs sera difficile de se concerter, ils prendront des risques pour trouver la vérité.

L’histoire  de Nouf nous plonge dans une famille riche d’Arabie saoudite, les filles vivent entre elles, on leur choisit un mari , elles ne doivent sortir qu’accompagner, mais on va découvrir que tout cela n’est pas toujours respecter, les règles sont souvent détournées ; ces femmes ont à leur dispositions tout ce qu’elles veulent matériellement mais leur plus grand souhait, est la liberté.

Katya représente une minorité qui veut avoir un métier, une indépendance et choisir son mari, son choix requiert beaucoup de courage ; elle entraîne Nayir dans des lieux où on ferme les yeux, où des couples non légitimes se retrouvent, Nayir aura aussi des contacts avec les occidentaux qui vivent dans des résidences privées.

En plus de lire une enquête intéressante et bien mené, on découvre à la fois, un pays riche et arriéré envers les femmes ; j’ai adoré ce roman, ce fut un dépaysement pour moi qui n’avait aucune connaissance de ce pays et l’histoire de Nouf est émouvante.

 



et cetera