Petitepom lit…











Revoilà Sookie Stackhouse, la jeune serveuse télépathe de Chez Merlotte, dans une aventure pour le moins singulière : lasse de supporter l’indifférence de Bill, son beau vampire parti en voyage, elle part enquêter au sein de la pègre des suceurs de sang. Aidée d’un loup-garou, qui fait naître en elle des désirs insoupçonnés, elle doit retrouver Bill, kidnappé par une ancienne amante – une vampire sexy en diable – et faire taire sa jalousie, tout en esquivant les avances d’Eric, le dangereux et séduisant Viking mort depuis plus de mille ans…

J’ai bien aimé ce 3° volet, car ce n’est pas répétitif, nous n’avons pas une histoire de meurtre qui amène un histoire comme dans le 2°, ce que je redoutais.

 Dans ce tome, Eric est plus présent au coté de Sookie et je le trouve de plus en plus sympathique malgré que ce soit un vampire, Bill n’est pas présenté sous son meilleur jour durant ce récit. L’arrivée d’un nouveau personnage Lèn va encore compliquer la vie sentimentale de notre héroïne ; ce terme lui va très bien, car je trouve qu’elle fait preuve de beaucoup de courage et de témérité pour aider ses amis vampires et autres créatures surnaturelles, elle est toujours autant mal mené et apparemment elle aime ça.

 A la fin de ce 3° tome, je vais faire une pose avant de poursuivre les aventures de Sookie, j’aime bien cette série, je la lirais sûrement en entier mais pas d’un traite.

Publicités


La petite ville de Bon Temps a retrouvé un semblant de calme. La jeune télépathe Sookie Stackhouse partage son temps entre le bar où elle travaille et son bien-aimé vampire, Bill Compton. Mais lorsqu’on s’en prend à elle, elle n’a d’autre choix que de pactiser avec la communauté vampire, et part mener l’enquête à Dallas sur la disparition d’un des leurs, au péril de sa vie !

Je poursuis cette série, j’envisage de lire les trois premiers avant de me prononcer sur un coup cœur ou pas, je veux voir comment évolue cette histoire.

 Ce tome 2 voit arriver un nouveau meurtre à résoudre. Mais très vite, on est propulsé vers une autre affaire à Dallas, Sookie et son vampire préféré font aider ceux du Texas car un des leurs a disparu. On découvre comme l’Amérique à accepter cette population, lui offrant tout les services qu’elle a besoin, transport de jour dans des cercueils en taxi ou en avion, hôtel apportant toute la sécurité qu’il faut. Ces petits détails donnent un plus à cette série,de  l’originalité.

 L’affaire elle-même dévoile l’autre face, tout les humains ne sont pas pour la cohabitation des vampires ; des sectes essaient de les détruire. Nous côtoyons  aussi un autre communauté : les « Changelings »

 Sookie est plutôt mal mené durant ce tome, je la trouve très courageuse et robuste, l’histoire est assez mouvementée, il y a plus d’action que dans le premier tome, un plus pour la série.

 Le personnage de Bill est attachant par son coté vieille France, originaire de Nouvelle Orléans ou les manières sont plus traditionnelles, les noms de famille en témoignent. Sookie a l’air mieux dans sa peau, sa relation avec un vampire est mieux acceptée ; surtout que ces derniers se structurent avec la création d’un gouvernement parallèle et que Sookie a un rôle précieux grâce à son don.

 Tout cela en fait un bon roman, plus étoffe et intéressant que le premier ; la relation amoureuse de Bill et Sookie est moins en avant, c’est plus de l’action et la découverte d’une société non exclusivement humaines avec les problèmes qui en découlent



La communauté du Sud, Tome 1

Les vampires vivent désormais parmi les humains grâce à un substitut leur permettant de se nourrir sans tuer. Mais la méfiance règne toujours à Bon Temps, petite ville de l’Amérique profonde. L’arrivée de Bill, ténébreux vampire du me siècle va bouleverser la vie de la jeune serveuse télépathe, Sookie, d’autant qu’une vague de crimes s’abat sur la ville.

Depuis le succès de Twilight, beaucoup de romans sur les vampires sont redevenues à la mode dont cette série. J’ai été hésitante à lire celle-ci, c’est de la littérature proche du Harlequin, agréable à lire sans plus.

 J’ai toutefois passé un bon moment avec Sookie, certains la trouve un peu agaçante et nunuche, en comparaison à Bella, elle est tout aussi mûre ; je la trouve attachante ; Les similitudes entre Bill de cette série et Edward sont nombreuses, j’ai presque l’impression de lire une suite, complément de scénario avec des personnages différents

 L’histoire est simple, pas de grande intrigue, au cœur d’un petit village de la nouvelle Orléan, des meurtres sont découvert, cela laisse penser que les vampires sont en cause, mais ceux-ci font parti de la société ; reconnu comme porteur d’un virus, ils ont leurs bar, leurs hôtels, même s’il ne sortent que la nuit, leur intégration dans la vie sociale est une évidence  et comme les humains, il y a les bons et les mauvais.

 La relation entre Sookie et son vampire sont le centre de l’histoire, car c’est avant tout un roman sentimental avec une notre vampirisme pour pigmenter.

 Pas une grande littérature donc, mais un bon moment de détente, c’est vite lu, sans grande profondeur, distrayant.



Il existe dans un coin reculé du Herefordshire une forêt qui n’apparaît sur aucune carte, qui se débarrasse des avions la survolant et qui recèle bien des secrets. Deux hommes s’y sont intéressés, George Huxley et Edward Wynne-Jones. La forêt de Ryhope est un lieu où se concentre la puissance de l’inconscient collectif humain. Grand prix de l’imaginaire 2003.

On a qualifié ce roman de Sf mais on est entre de la science fiction et de la fantazy, la Fantasy reprends souvent des légendes anciennes ou des époques moyenâgeuses, ici, on a un fantastique Mythique, comme le tire l’indique d’ailleurs, on est dans le monde du mythe, peuplé de créature inventé par l’Homme. On évolue  entre la réalité et la légende

 On commence dans un monde réel, nous sommes pendant la dernière guerre mondiale, Steve, après avoir été blessé passe quelque temps dans le sud de la France avant de rentrer dans la maison familiale. Lorsqu’il arrive dans la demeure de son père, il trouve que son frère est bien étrange, il lui rappelle son père qui avait le même comportement ; un jour Christian  part au cœur de la forêt qui borde leurs propriété…

 Cette forêt est le cœur de l’intrigue, au départ, c’est confus, puis peu à peu comme Steve, on comprend mieux. Fait de trois parties, ce roman est d’abord la découverte du mystère qui règne dans la forêt, puis l’entrée de personnage mythique dans la demeure de Steve amène à  une deuxième partie, la part émouvante au livre, plus compréhensible car elle se passe dans notre monde ; la dernière partie a pour centre  la forêt dans laquelle on est enfin.

Du coup j’attendais beaucoup de cette dernière, et j’ai ressenti un peu de lassitude, j’ai eu plaisir à connaître les peupaples mystiques de cette forêt et de suivre Steve, mais il manque quelque chose.

 Ce livre est un rêve éveillé ; la fin laisse un part de doute et amène à lire la suite pour aller encore plus loin à Lavondyss, et pourtant, j’ai envie de faire un halte de peur de ne pas trouver les réponses que les attentes font espérer

 L’écriture est belle, l’originalité de l’histoire est là, il y a une ambiance magique ; toutefois, je le recommanderais pas à ceux qui ne sont pas tourné vers la littérature SF, ça reste un histoire un peu complexe.

vous trouverez d’autres avis  chez heclea, julien.le.naufragé ,ptitetrolle



 » Il s’agissait d’un loup assez jeune, au torse puissant et aux crocs impressionnants. Assis sur ses pattes arrière, il les observait avec curiosité, sans une once de crainte. Camille marcha dans sa direction. Il ne lui prêta pas une attention particulière, mais, quand elle ne fut plus qu’à deux mètres de lui, il montra les dents et se mit à grogner. Elle s’immobilisa. Recule, lui ordonna Edwin à mi-voix. Sans tenir compte de ses paroles, Camille s’accroupit lentement, regardant le loup dans les yeux.  »

Ce dernier tome de la première trilogie se passe dans un ambiance plus paisible, en effet, Camille  a apporté la paix sur le pays de Gwendalavir, mais il lui reste encore une dernière chose à faire : libérer ces parents.

 Pour cela, elle va devoir faire un petit voyage dans notre monde, Borjn, le chevalier, va l’accompagner et ses mésaventures avec notre police m’ont bien fait sourire. Revenu à Gwnedalavir, Camille et ses compagnons vont repartir vers l’île du destin, mais les pirates Alines seront sur leur chemin.

 On est toujours dans une lecture jeunesse, il n’y a pas de longs combats ou de longs voyages, les situations décrites le sont de manière succincte, on passe d’un danger à sa solution rapidement, il y a toujours une intervention spontanée pour remédier au problème, bien peu réaliste mais nous sommes dans un conte pour enfant.

 J’ai pris plaisir à faire ce pas de coté et de suivre les aventures de Camille dans ce monde féerique, cela fait du bien de s’évader du quotidien.



Revenue à Gwendalavir, Ewilan est confrontée à de nouveaux dangers et à des choix difficiles pour libérer ses amis.

Ce roman est la quête elle-même, en effet Ewilan et ses compagnons vont aller a Al Poll libérer les sentinelles, mais ce voyage est rempli de danger.

On parcourt, donc, le pays de Gwendalavir et découvrons un pays imaginaire  le plus beau qui soit, tellement féerique, que j’ai eu du mal à imaginer la capitale et l’arche en diamant. Ces lieux fabriqués avec l’imagination de leurs habitants n’ est que joyaux, mur d’eau de tout les couleur ; ce roman est un voyage à travers un monde magnifique.

Il y a aussi les créatures qui le peuple, ogres, goules et autres monstres qui nos amis rencontrent et combattent avant d’arriver au bout de leur voyage ; un Faël va venir les rejoindre, apportant une amitié supplémentaire à cette camaraderie qui règne au sein de ce groupe très attachant.

La fin est un moment de bonheur et de résolutions simples, il n’y a pas de longueurs ou combats de trop et c’est tant mieux, Ewilan n’a pas fini ses recherches et c’est avec impatience que je vais ouvrir le tome 3 pour en connaître la suite.



et cetera