Petitepom lit…











{18 janvier 2018}   L’heure trouble -Johan Theorin

sans-titreA l’heure trouble, entre chien et loup, un enfant disparaît sans laisser de trace dans les brouillards d’une petite île de la Baltique. Vingt ans plus tard, une de ses chaussures est mystérieusement adressée à son grand-père. Qui a intérêt à relancer l’affaire ? Et pourquoi toutes les pistes conduisent-elles à un criminel mort depuis longtemps ?
Dans une oppressante atmosphère de huis clos, une histoire de deuil, d’oubli et de pardon, hantée par les ombres du passé.
Numéro un des ventes en Suède, déjà traduit dans une dizaine de pays, ce suspense complexe et envoûtant a été élu meilleur roman policier suédois 2007 par la Swedish Academy of Crime.

Ce livre m’a été recommandé par une amie, quand elle m’en a parlé, j’ai trouvé cette histoire des plus troublantes ; mais voila qu’après 150 pages, je ne trouvé aucun attrait a ce roman, je m’y ennuyais : les retours dans le passé ne m’apportaient rien, au contraire elles contribuaient à m’embrouiller, et l’histoire présente n avançait pas, je ne vois pas où cela nous mène. Tout cela doit surement avoir une explication dans les pages suivantes mais je n’ai pas la patience d’aller plus loin, quelques éclairements auraient été les biens venus afin de pigmenter cette lecture et me donner envie d’en savoir plus. Mais cela fait plusieurs chapitres que j’attends cette révélations qui va afin apporter du nouveau et rien ne vient, j’abandonne.

Publicités


51YMYJfNFlL._SX195_On a beau s’appeler Hercule Poirot, on se sent bien peu de chose, renversé dans le fauteuil du dentiste, prêt pour le supplice. L’illustre détective est beaucoup plus à son aise en face d’une affaire criminelle embrouillée.
Qu’à cela ne tienne ! Cette séance humiliante va donner à Poirot l’occasion de montrer son extraordinaire talent.

Ca fait longtemps que je n’ai lu un Agatha Christie, celui ci est ressorti de ma bibliothèque pour un challenge.
J’ai trouvé beaucoup de plaisir à retrouver Hercule Poirot et sa façon de mener les enquêtes.
Le lecteur ne voit aucun issue au mystère qui se présente, un crime presque parfait sans la perspicacité de Mr Poirot, qui devine grâce à un petit détail le motif des meurtres et le coupable.



{23 décembre 2017}   La Fille d’avant -J.P. Delaney

41gn8uq8pyL._SX195_C’est sans doute la chance de sa vie : Jane va pouvoir emménager dans une maison ultra-moderne dessinée par un architecte énigmatique… avant de découvrir que la locataire précédente, Emma, a connu une fin aussi mystérieuse que prématurée. À mesure que les retournements de situation prennent le lecteur au dépourvu, le passé d’Emma et le présent de Jane se trouvent inextricablement liés dans ce récit hitchcockien, saisissant et envoûtant, qui nous emmène dans les recoins les plus obscurs de l’’obsession.

J’ai lu des avis peu favorables sur ce livre, je comprends pourquoi, toutefois je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé.
L’idée du départ, l’ appartement connecté qui répond à toutes vos envie ou humeurs du moment, est sympa. le coté thriller par assez fort, on ressent bien qui y a quelque chose qui cloche, on ne voit pas trop d’où cela vient, il y a plusieurs pistes, c’est prenant mais alors qu’on se reproche de la fin, ça manque un peu de surprise ou d’une révélation surprenante.



CVT_Ne-dis-rien-a-papa_4614

Quatre jours et quatre nuits se sont écoulés avant que la police ne retrouve la victime dans cette ferme isolée. Quatre jours et quatre nuits de cauchemars, de douleurs et de souffrances, peuplés de cris et de visions imaginaires en face de ce jardin dans lequel elle a été enterrée vivante.

Sur un autre continent, loin de cet enfer, Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Leur existence bien réglée serait parfaite si elle ne percevait pas, au travers des affrontements qui éclatent sans cesse entre ses enfants, chez l’un, une propension à la mélancolie et, chez l’autre un véritable penchant pour le mal. Chaque jour elle se dit qu’elle ne pourra plus supporter une nouvelle crise de violence, ces cris qui la replongent au cœur d’images qu’elle voudrait tant oublier… À n’importe quel prix…

Et lorsqu’un nouveau voisin s’installe dans la grande maison, elle souhaite offrir le portrait d’une famille parfaite. Mais chaque famille a son secret et le sien est le plus terrible qui puisse exister.

Très bon policier : Il y a l’enquête au présent et des chapitres en italique qui apportent de nouveaux éléments aux lectures sur un passé meurtrier ; au départ, on ne fait pas le lien entre eux, puis peu à peu le pièces du puzzle se mettent en place tout en laissant une part de mystère. Ce n’est qu’aux deniers chapitres que tout s’éclaire.
Une histoire bien mené et prenant.



CVT_Mort-point-final_9125Dans un commissariat de la banlieue parisienne, Paul Catard est interrogé par le capitaine Vigeois. On vient de retrouver l’homme bâillonné et menotté dans la chambre de sa petite amie. La situation prêterait à sourire si la petite amie n’était pas Mélanie Vasseur, lieutenant de police travaillant dans l’équipe de Vigeois. La surprise est d’autant plus grande lorsque Catard dévoile que Mélanie a survécu à une innommable tragédie qui s’est déroulée dans un lycée de province, quelques années auparavant. Souffrant de violents traumatismes psychologiques, elle a pourtant réussi à intégrer la police et, encore mieux, à cacher son passé. Vigeois et ses hommes se questionnent encore sur la véracité de ces révélations quand ils sont appelés en renfort au parc de la Légion d’honneur de Saint-Denis, où un attentat se prépare. Le temps est compté, et la police n’a plus le droit à l’erreur ! L’angoisse, le drame, le suspense saisissent le lecteur là où il ne les attendait pas.

J’ai lu ce policier en une soirée, il est très prenant et super flippant, tout ce que j’aime.

J’ai découvert l’auteur, qui est de ma région avec « les crocs de la Corrèze », j’ai été ravi de le revoir à la foire du livre de Brive la Gaillarde ou j’ai acheté son nouveau roman.

Vivement le nouveau!



{22 octobre 2017}   Selfies -Jussi Alder Olsen…

CVT_Selfies_8277Elles touchent les aides sociales et ne rêvent que d’une chose : devenir des stars de reality-show. Sans imaginer un instant qu’elles sont la cible d’une personne gravement déséquilibrée dont le but est de les éliminer une par une. L’inimitable trio formé par le cynique inspecteur Carl Mørck et ses fidèles assistants Assad et Rose doit réagir vite s’il ne veut pas voir le Département V, accusé de ne pas être assez rentable, mettre la clé sous la porte. Mais Rose, plus que jamais indispensable, sombre dans la folie, assaillie par les fantômes de son passé.

Je ne connaissais pas cet auteur, je commence par la 7° enquête du département V, mais cela ne m’a pas gêné.
Au départ, j’étais un peu perdu avec les personnages et toutes les affaires qui se mettaient en place, peu à peu les liens entres eux se précisent.
Du coup, j’ai dévoré cette histoire …



et cetera