Petitepom lit…











1647. La France souffre. Les cabales se multiplient, le pouvoir se fissure. Poussé par la bourgeoisie écrasée d’impôts, le parlement de Paris tente d’imposer à Mazarin une constitution limitant le pouvoir royal. Le cardinal se cabre. Et le pays l’imite. Quand débute ce qui v dégénérer en sanglante guerre civile, le comte de Bussy fait une découverte étonnante : sa maison de l’enclos du Temple cache un message chiffré écrit par le dernier grand maître des Templiers. Réputé pour son habileté, Louis Fronsac va tenter de résoudre cette énigme.
Quelqu’un agit-il dans l’ombre pour multiplier les émeutes, faire régner la peur et s’approprier le trésor de l’Ordre ?

J’ai moins aimé, cet opus des aventures de Louis Fronsac, elle effet, notre héros est peu présent dans cette histoire, on suit surtout, Gaston de Tilly, procureur du Roi. Cela se passe pendant le Fronde qui a lieu en Paris en 1648, ce qui me passionne peu, il y a beaucoup de pages qui relatent l’histoire, j’avoue aimé les romans historiques plus romancés ; de nombreuses affaires sont confiées à Gaston de Tilly, sans être intéressantes, elles m’ont moins passionnées que celle confiées à Louis Fronsac dans les précédents tomes.

Publicités


Londres, juin 1887. Pendant que l’inspecteur Thomas Pitt enquête sur un cadavre en morceaux retrouvé dans un cimetière, Emily, la sœur de son épouse Charlotte, se repose avec son mari Lord George Ashworth chez Oncle Eustace, à Cardington Crescent.
Elle ne s’amuse guère car son époux flirte avec l’éclatante Sybilla, femme de William, fils unique d’Eustace. Pour reconquérir son mari volage, Emily fait bonne figure et accorde un baiser furtif à Jack Radley, invité de la famille. Le geste ne passe pas inaperçu et semble ramener George à de meilleurs sentiments. Mais le lendemain, on le découvre empoisonné dans sa chambre, aux côtés du cadavre du chien de la maison. Thomas Pitt réussira-t-il à innocenter sa belle-sœur ?
Dans ce huitième épisode des enquêtes de Thomas Pitt, Anne Perry fait une description sans concession de l’aristocratie britannique qui méprise les classes inférieures et dont les principes rétrogrades peuvent conduire au meurtre.
Une reconstitution qui sonne juste et des dialogues étincelants. Claude Mesplède

J’ai, il y a peu de temps, lu cette série mais il m’en manquait et du coup, je n’avais pas tout les éléments, j’ai su dans des romans sorti après que le mari d’Emilie( soeur de Charlotte Pitt) avait été assassiné mais je n’avais pas lu l’enquête, voila chose faite.
C’est avec le premier mes préféré car il touche de près, la famille de Charlotte et Thomas Pitt, notre inspecteur ; c ‘est d’ailleurs plus Charlotte qui fait avancer l’enquête.
j’ai aussi appris comment Nellie, la gouvernante des Pitt est arrivé dans leur vie.



Magistrats et truands au cœur d’une terrible affaire criminelle visant à renverser le premier ministre.

En 1646, Jules Mazarin, président du conseil royal, signe des lettres de patentes qui permettent à son frère Michel d’augmenter la surface de la ville d’Aix. Au même moment, le comte d’Alais, gouverneur de Provence, avertit le ministre que de fausses lettres de provision, toutes signées par le cardinal et permettant d’accéder à des charges de conseiller au parlement, sont mises en vente. Qui peut bien chercher à céder de tels documents et à semer le trouble dans la ville ? Mazarin charge le marquis de Vivonne de mener l’enquête. Aidés de Gaston de Tilly, procureur du roi et du perspicace Louis Fronsac, les trois hommes finiront par découvrir la vérité après avoir frôlé la mort plus d’une fois, dans une ville d’Aix sale, obscure et encore enserrée dans ses remparts moyenâgeux.

Je poursuis cette série que j’affectionne, révisant des pages de l’histoire de France et prenant plaisir à suivre les personnages qui sont de plus en plus attachants.



Beryl Madison, romancière à succès, a fui l’homme qui la harcèle depuis des mois pour se terrer à Key West. Le manque d’argent la contraint à rentrer à Richmond, le temps qui lui est nécessaire pour vendre sa maison. Juste assez de temps pour ouvrir sa porte, juste assez de temps pour se faire violer et égorger.
Kay Scarpetta est perturbée : des témoignages incohérents, des rencontres déplaisantes troublent ses recherches. Au fond, elle le sait, ni son ancien amant, qui resurgit sous un bien piètre prétexte, ni cet homme de main qu’elle surprend fouillant dans les bureaux de la morgue ne la mettront sur la bonne piste. En revanche, cette multitude de fibres étranges qu’elle découvre sur le corps ensanglanté de Beryl est cruciale. Des fibres si inhabituelles qu’elle aura du mal à percer leur mystère, mais Kay Scarpetta s’emploie à les faire parler.

Je continue à relire cette série,
c ‘est avec plaisir que je redécouvre Kay
Scarpetta, Marino, Benton…



Quel auteur n’envierait-il pas le sort de Andrew J. Rush ? Écrivain à succès d’une trentaine de romans policiers vendus à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde, père de famille heureux, Andrew vit dans une petite ville du New Jersey où il trouve le calme nécessaire pour édifier son oeuvre.
Mais Andrew a un secret que même ses plus proches ignorent : sous le pseudonyme de Valet de pique, il écrit des romans noirs, violents, pervers.
Pourtant, cet équilibre tout en dissimulation que Andrew a patiemment élaboré va être menacé. […]
Un thriller magistral de Joyce Carol Oates, efficace, inquiétant, drôle aussi – jouant brillamment sur les références à Stevenson, Poe ou Stephen King.
Un roman qui éclaire les forces noires manipulant la conscience d’un auteur à succès, et entraîne son lecteur hypnotisé sur une mince ligne de crête séparant génie et folie.


je suis toujours ravi de lire un nouveau roman de cette auteur que j’affectionne, elle nous entraine dans des ambiances qui tiennent en haleine, avec des personnages inquiétants et perturbants, je ne m’en lasse jamais.



Nous sommes en 1645 après la Conjuration des Importants. La cour de France se déchire à nouveau et un jeune homme de quinze ans arrive inopinément des Pays-Bas.
Il serait le fils du duc de Rohan et pourrait devenir le chef de file des huguenots de France.
Mais le duc d’Enghien laisse entendre qu’il est un imposteur…

L’ancien notaire, Louis Fronsac, désormais chevalier, sera chargé de découvrir la vérité. Aidé de son ami de toujours, Gaston de Tilly, ils mèneront l’enquête autour de la Bastille et dans la rue de Pute-y-Musse et recevront l’aide d’un certain Jean-Baptiste Poquelin qui vient d’installer son Illustre théâtre au jeu de paume de la Croix-Noire.

je suis toujours aussi passionnée par les aventures de Louis Fronsac, celui est à ce jour, mon préféré, surement du à l’enigme, qui est plus facile, il me semble moins complotiste.
Ce que j’apprécie aussi, c’est de suivre l’évolution du domaine de Mercy, propriété de Louis, et des personnages rencontrés lors des enquêtes précédentes et introduit dans l’entourage des Fronzac.



et cetera