Petitepom lit…











{22 février 2013}   Sourire en coin-Nicci French

9782266144704

Lorsqu’elle surprend son petit ami en train de lire son journal intime, Miranda met aussitôt fin à leur liaison. Brendan a beau être un fiancé idéal, aimable, souriant, disponible, elle ne peut supporter cette intrusion dans sa vie privée. Quelques jours plus tard, Miranda apprend que Brendan a entamé une relation avec sa sœur Kelly. Coïncidence ? Hasard troublant ? Puisque Kelly est follement amoureuse et la famille ravie de cette idylle, Miranda n’a aucune raison de douter des sentiments du jeune homme. Vraiment aucune ?

Ce livre trainait dans ma biblio, je ne me décidais pas à le lire pensant qu’il était démodé, c’est le genre de livre que j’ai depuis longtemps et qui ne me disent plus rien, des préjugés stupides! car il fut un coup de coeur.

C’est grace à un challenge « effet boule de neige » qui consiste à diminuer sa PAL, que j’ai redécouvert cet auteur.

L’histoire de Miranda et Brendan est pervers, cet homme est machiavelique mais aussi très intelligent et manipulateur, du coup, il n’y a que Miranda qui devine sa vraie nature et cette situation est insoutenable ; le lecteur est pris par cette hidtoire, a envie de rentrer dans le récit pour aider cette pauvre Miranda et ses proches.

J’ai adoré ce livre, je vais de ce pas, en sortir un  autre du même auteur, de ma PAL.

Publicités


5

Du cachemire sinon rien ! Becky est enceinte et s’il est une chose qu’une fashionista de son calibre peut se jurer, c’est bien d’éviter les couches recyclées à bébé Brandon. Ce sera de la layette griffée, le top de la tétine, le nec plus ultra du pyjama branché. Sa carte bleue chauffe déjà que l’échographie n’a pas encore révélé le sexe de l’enfant ! Qu’importe. La seule et unique question importante : à combien s’élève le découvert autorisé d’un placenta ? Du shopping de haut vol mais pas seulement : Becky n’en démord pas, il lui faut Venetia Carter. L’accoucheuse des stars et – surprise ! — l’ex-girlfriend de Luke, le mari de Becky et heureux papa. La situation devient vite intenable, tant la dame est vexante, machiavélique. Bref : neuf mois d’enfer, à prix cassés…

Et voila, j’ai fini les aventures de Becky ; ce tome est mon préféré, notre accro du shopping est plus mûre, même si elle continue à  acheter sans réfléchir, elle a  du cœur et on l’adore.

Alors qu’elle attends son premier enfant, elle décide d’aller voir le gynéco des Stars mais voila que celle-ci veut semer la zizanie dans le couple de Becky ; Nous suivons ces soucis avec intérêt et tristesse, tournant les pages pressé de savoir le fin mot de l’histoire…

C’est léger, divertissant, on se détend à lire les péripéties de cette accro du Shopping, elle a toujours de bonnes excuses les plus loufoques et finit toujours par sans sortir car derrière son air stupide, elle réussi à faire du bien autour d’elle. Du coup on lui pardonne, on s’attache au personnage, on est en rage chaque fois qu’on veut lui faire du mal, on a envie de la protéger.

J’ai beaucoup aimé cette série.



4

Après une lune de miel à rallonge, Becky rentre à Londres et retrouve son train-train de citadine avec un goût amer : sa meilleure amie l’a remplacée par une fille se rapprochant plus du cheval que de l’idéal féminin, son jouet préféré – sa Carte Bleue – est bloqué, son mari est débordé. Mais le meilleur reste à venir : ses parents lui apprennent qu’elle a une sœur née des amours prénuptiales de son père ! Un nouvel horizon se dessine pour Becky : vivement la folle aventure familiale faite de séances intensives de shopping et de soirées pyjamas. Car elle n’imagine pas seul un instant que Jess soit tout sauf son double… ,Loin de renoncer malgré leurs différences, Becky va prouver une fois de plus qu’elle a plus d’un tour dans ses sacs !

Notre Becky est toujours aussi Zinzin et quand elle découvre qu’elle a une sœur, elle s’imagine le plus idyllique des scénarios, mais voila la sœur n’est pas ce qu’elle espérait.

Malgré cela, Becky va s’efforcer de faire de sa sœur » une âme sœur » et va encore une fois se mettre dans les pire situations sans oublier son maquillage et son chapeau au cas où il y aurai un mariage.

J’ai dévoré ce tome comme les précédents avec le sourire aux lèvres, alors qu’elle m’exaspère par sa bêtise, je ne supporte pas qu’on la critique car malgré ses petits défauts, elle est toujours aussi attachante.



9782879299983

Ils sont quatre.
Quatre chasseurs qui avancent dans les vapeurs de l’aube, avec leurs fusils et leurs chiens. Tristan est le plus jeune. Que fait-il là, en compagnie de ces hommes dont il se sent si différent ? Est-ce pour se soumettre à une épreuve initiatique ? Ou pour régler une question d’honneur qui l’oppose à l’un d’entre eux ?
Un accident survient, il faut aller chercher du secours, les éléments s’en mêlent, une tempête se lève. Le déluge emporte tout sur son passage, répondant peut-être à ce désir qu’a Tristan de faire table rase d’un passé encombrant.

Avec ce roman habité par la fureur, Agnès Desarthe nous parle d’un monde où les bêtes seraient douées de parole, la nature violente et les hommes aveuglés par leurs passions.

Je connaissais l’auteur avec « Mangez-moi », ce fut un bon moment de lecture sans plus, il en fut de même avec celui-ci.

Ce court roman est en trois temps :

Nous suivons une partie de chasse qui se termine par un accident, laissant Tristan, le narrateur principal avec Dumestre, un gars du coin.

En second plan, on assiste à une catastrophe naturelle qui va boulverser la vie du village et de nos deux principaux personnages

Et, au fil des dialogues, nous decouvrons des secrets de village.

Tout, cela est raconté de façon succincte, rien n »est approfondi, ce qui rend sa lecture peu interessante.



9782757816899

Comment peut-on poignarder un enfant ? Au coeur de l’hiver arctique, en Islande, un garçon d’origine thaïlandaise a été retrouvé assassiné. Il avait douze ans. Crime raciste ? Le commissaire Erlendur mène l’enquête, s’acharne et s’embourbe. Il ne comprend plus ce peuple dur et égoïste qui s’obstine à survivre dans une nature hostile. L’absurdité du mal ordinaire lui échappe…

J‘ai bien aimé cette enquète, plus que le tome précédent, le sujet m’est plus proche ; en effet, on retrouve un enfant mort au pied d’un immeuble, cela me parle plus que l’histoire politique relatée dans le précédent volet.

J’ai retrouvé dans ce tome le même plaisir que dans « le femme en vert », une enquète est en premier plan, mais il reste une autre affaire non résolue qui resurgit parfois par des coups de téléphone mystèrieux.

Il y a aussi, une intrigue qui vient se greffer, alors qu’il interroge un délinquant sexuel vivant dans le quartier, nos policiers passent à coté d’une découverte interessante qui, je l’espère reviendra dans les prochains volumes, et sera résolue.

Tout cela en fait un bon moment de lecture, la vie privée des policiers est abordée de façon discrète, donnant à ce polar une touche plus attachante.



et cetera