Petitepom lit…











couv63379678

J’ai décidé de piocher dans les plus vieux livres de ma PAL, ce roman a un résumé attrayant, une histoire d’amour durant une période difficile de l’histoire…..

Résumé :

Prague, en 1938. Josef et Lenka s’aiment d’un amour passionné. Mais ils sont juifs et, devant la menace nazie, la famille de Josef, fortunée, décide de s’exiler aux Etats-Unis. Le jeune homme laisse derrière lui la femme qu’il aime en lui jurant de les aider à s’enfuir, elle et sa famille. « On se retrouvera », promet-il solennellement. Ils n’en auront pas le temps : les nazis envahissent Prague et Lenka est déportée.
New York, en 2000. Un homme croise le regard d’une femme. « Je vous ai déjà vue quelque part », dit-il, le souffle coupé. La vie, le destin et le hasard auraient-ils uni leurs forces pour donner une nouvelle chance à un couple qui a subi les tourments de l’histoire ?

J’ai adoré l »histoire de Lenka et Josef, c’est plus que le récit de leurs vie, c’est un épisode de l’histoire qui nous est conté.

Ce n’est pas le premier livre qui relate les horreurs des camps de concentration que je lis, mais la façon dont il est abordé est belle à lire, les faits restent dramatiques, j’ai eu parfois des larmes face à ces pages.

Lenka et Josef se retrouvent au début du livre, au mariage de leurs petits enfants, de là on suit leur parcours communs et leurs séparations ; on sait qu’ils vont se retrouver mais on est tenu en haleine par cette lecture pour savoir ce qui a pu les séparer, ou plutôt pourquoi ils n’ont jamais pu se retrouver ; on n’a pas la réponse mais les chapitres de Lenka qui sont les plus nombreux nous transportent.

Publicités


9782266111102_200x328

J’abandonne toutes mes lectures, je n’arrive pas à trouver de l’intérêt, très vite je me lasse, j’ai décidé dans un premier temps de renoncer à lire pendant cet été mais j’ai toujours l’envie. J’ai choisis ce roman, j’espère que je n’aurais pas encore une panne de lecture et que la magie opérera….

Résumé :

Chaque mois d’avril, Landon Carter est assailli par les souvenirs de sa dernière année de lycée. C’était en 1958, dans la petite ville de Beaufort, en Caroline du Nord. Fils de bonne famille, il aimait retrouver ses amis en classe, inviter ses jolies camarades, faire le mur de temps en temps, et se moquer de la fille du pasteur : avec sa bible, son éternel chignon et son dévouement sans faille qui plaisait tant aux grandes personnes, Jamie Sullivan avait le don de l’agacer. Pour le bal du lycée, Landon, qui se retrouve sans cavalière, est contraint de l’inviter. Elle le prévient : « D’accord, mais promets-moi de ne pas tomber amoureux de moi. » La vie en décide autrement : entre les deux jeunes gens, c’est le coup de foudre. Mais Jamie apprend à Landon qu’elle n’a plus que quelques mois à vivre.
Le roman profondément émouvant d’une passion plus forte que la mort.

J’ai enfin apprécié une lecture, l’histoire de Landon et Jamie est touchante, du coup, la magie opére. Cette histoire est simple sans rebondissements, et pourtant je ne me suis pas lassée ; l’écriture y est surement pour beaucoup ; Landon le narrateur s’est nous interessé à son histoire.

Une belle lecture, qui m’a donné envie de relire. 🙂



51Zy9hGlKFL__AA324_PIkin4,BottomRight,-47,22_AA346_SH20_OU08_

Jenna est une jeune femme dévastée quand elle revient chez ses parents, Sibylle, une femme autoritaire et froide, et Patrice, un homme totalement effacé. En attendant que naisse cet enfant qui grandit en elle mais dont elle ne veut pas, elle se souvient de cet hiver, neuf ans auparavant, où sa mère la contraignit à passer Noël chez son amie Élisabeth. Là, elle fit la connaissance d’un jeune Américain, Ryan, de passage lui aussi dans cette maison. L’amour naquit entre eux, un amour désespéré car tout les séparait. Ryan était en couple et la France n’était pas son pays. Il ne restait plus à Jenna qu’à combattre son attirance, mais elle en était incapable, pas même dans les bras d’Alec, son ami de toujours.

Et tandis qu’elle revit ces souvenirs et que son enfant vient au monde, elle entrevoit la possibilité d’un pardon et du retour de la lumière dans sa vie.
Les premières pages m’ont déconcerté, j’avais du mal à m’y retrouver car il y a tout de suite beaucoup de personnages, il faut un certains temps pour que le lecteur plante le décor et commence à rentrer dans le livre.
Le début de l’histoire entre Jenna et Ryan m’ont plu, malgré un manque d’entrain, je trouvais que c’était un peu lent, j’attendais qu’il se passe quelque chose de palpitant. La séparation entre nos deux héros, et la dépression de jenna a renforcé ce sentiment d’ennui, le seule chose positive est l ‘amitié de jenna et Alec.
J’avais lu de bons avis sur ce livre, avec moi, cela n’a pas du tout fonctionné, j’ai abandonné alors que Jenna retrouve Ryan, cela aurai du me donner envie de connaître la fin, mais non ; les parties en italyque ne donnent pas  envie de continuer, c’est déprimant. J’ai besoin de lecture plus distrayante. 🙂



sans-titre

Depuis sa plus tendre enfance, lady Violet a un petit défaut en plus de son caractère tempétueux : le chapardage ! En grandissant — bien que ne manquant de rien —, elle reste une véritable cleptomane qui ne peut s’empêcher de fouiner et de prendre tout objet qui lui tombe sous la main. Et ce qui est bien pis, c’est qu’elle s’en rend compte, qu’une fois son forfait accompli ! Et voilà que par deux fois, en dix ans d’intervalle, elle se fait attraper par le même homme en train de chaparder un objet chez lui ! Après un corps à corps surprenant pour leurs âges, lord Edward lui susurre, d’une tonalité menaçante, ceci : — Je vous laisse dix secondes, Milady, pour remettre en place ce que vous avez pris. Après ce temps, il sera trop tard pour vous…
Voila longtemps qu’une lecture ne m’avait autant plus, celle ci n’a duré que deux jours.
Nous sommes témoin de l’histoire de Violet, on est scotché au livre, empressée de découvrir la suite de ses mésaventures avec Edward. Dès les premières pages, une suite de circonstances embarrassantes les poussent dans les bras l’un de l’ autre, accompagné d’une touche d’humour. Le lecteur est très vite sous le charme de Violet, et sa bouquinerie.
Nous somme à la fin de XIXe siècle, les convenances entre personnes du sexe opposées sont très strictes, mais nos deux héros ont du mal à les respecter, pour notre plus grand plaisir.
L’entourage de Violet, animé par la jalousie va apporter un danger qui pigmente l’histoire, et même si la fin ne nous étonne pas, c ‘est agréable de lire cette romance distrayante.



{4 juin 2015}   After Saison 5 -Anna Todd

After 5

La vie n’a jamais été rose pour Tessa et Hardin, mais chaque nouveau défi auquel ils doivent faire face renforce leur amour et le lien passionné qui les unit est de plus en plus solide. Mais quand un pan de son passé, qu’il n’aurait pu imaginé, lui est révélé, Hardin est touché au cœur. Tessa de son côté subit une tragédie. Les deux amants vont-ils résister à tant de cruauté ?

Finalement leur histoire familiale, si elle est choquante, ne semble pas très différente l’une de l’autre. Et Tessa n’est plus la douce et gentille fille qu’elle était quand elle a rencontré Hardin, pas plus qu’il n’est le cruel et sombre garçon dont elle est tombée amoureuse. Elle comprend toutes les troublantes émotions sous la carapace d’Hardin et sait qu’elle est la seule qui peut le calmer. Il a besoin d’elle.

Mais plus le passé d’Hardin resurgit, plus il est inquiet et triste, et plus il repousse Tessa et tous les autres au loin. Tessa n’est pas sûre de pouvoir le sauver sans se sacrifier. Elle refuse de l’abandonner sans se battre, mais combattre qui : Hardin ou elle-même ?

Alors que nos deux héros sont si bien ensemble, dès le début, Hardin se comporte comme un con ( désolé, je n’ai pas trouvé d’autre mot plus approprié), et c’est reparti comme dans les saisons précédents…

Malgré tout, on adore ces deux là et on éprouve toujours du plaisir à cette lecture. Toutefois, contrairement à beaucoup, je n’ai pas été trop emballé par ce dernier tome, est ce moi ou la répétition de leur histoire qui me lasse, je ne sais pas trop?

La fin précipitée ne m’a pas dérangé, heureuse qu’il y ai une fin.



et cetera