Petitepom lit…











{30 novembre 2018}   Damage Control-François Clapeau

51KQ6OWOKFL._SX195_.jpg

Des taches pourpres dans un décor immaculé… Une ville calme et sereine est soudain frappée par une série d’homicides, une épidémie meurtrière. Alors que la psychose s’installe comme un virus, un jeune réanimateur du CHU se bat pour arrêter cette hémorragie. Du huis clos d’un box des urgences aux rives sauvages de la Vienne, dans un emballement policier et médiatique sans précédent, ne sait plus qui soigne, qui tue, qui mettra fin à l’hécatombe.

François CLAPEAU est journaliste, spécialisé dans le domine la santé. Après avoir travaillé dans de nombreuses villes, il s’installe à Limoges en 2002. Il a écrit des textes pour enfants et joue de la guitare dans le groupe rock Dumont d’Urville ; Damage Control est son premier roman policier.

Le visage de l’auteur ne m’est pas inconnu, vu qu’il est journaliste dans une chaine locale, Limoges, du coup, j’ai été curieuse de découvrir un roman de lui.
Cela se passe à Limoges donc, où des meurtres à répétition ont lieu, le ton est dynamique, le récit court et prenant, avec une surprise à la dernière page.
J’ ai beaucoup aimé cette histoire, je relirais un livre de cet auteur.

Publicités


{26 novembre 2018}   Mille petits riens -Jodi Picoult

CVT_Mille-Petits-Riens_7230Ruth est sage-femme depuis plus de vingt ans. C’est une employée modèle. Une collègue appréciée et respectée de tous. La mère dévouée d’un adolescent qu’elle élève seule. En prenant son service par une belle journée d’octobre 2015, Ruth est loin de se douter que sa vie est sur le point de basculer. Pour Turk et Brittany, un jeune couple de suprémacistes blancs, ce devait être le plus beau moment de leur vie : celui de la venue au monde de leur premier enfant. Le petit garçon qui vient de naître se porte bien. Pourtant, dans quelques jours, ses parents repartiront de la Maternité sans lui. Kennedy a renoncé à faire fortune pour défendre les plus démunis en devenant avocate de la défense publique. Le jour où elle rencontre une sage-femme noire accusée d’avoir tué le bébé d’un couple raciste, elle se dit qu’elle tient peut-être là sa première grande affaire. Mais la couleur de peau de sa cliente, une certaine Ruth Jefferson, ne la condamne-t-elle pas d’avance ? Avec ce nouveau roman captivant et émouvant, Jodi Picoult aborde de front le grand mal américain et nous montre ― à travers les petits riens du quotidien, les pas vers l’autre ― comment il peut être combattu.

Ce livre parle d’un sujet déjà largement traité, le racisme en Amérique. toutefois, ce livre traite ce sujet de façon différente.
La réaction de Ruth, le personnage principale nous interroge sur ses petits riens que l’on fait sans se rendre compte de leur conséquence, car on a tous des préjugés même si on se sait tolérant. elle nous interpelle sur ce que l’on ne veut pas voir.



{15 novembre 2018}   Woorara-Sébastien Vidal

41Oxp4uJg2L._SX195_Un homme criblé de trois balles est découvert dans un hameau isolé, sur le plateau de Millevaches. Tout porte à croire que le travail est l’œuvre d’un professionnel. Pilotée par l’intraitable juge Laîné et le colonel Tognotti, l’enquête est confiée à un groupe de gendarmes. Parmi eux, l’adjudant Walter Brewski, une forte tête spécialiste de l’intervention. L’équipe n’a que très peu de choses à se mettre sous la dent. La victime semble tombée du ciel ; le tueur n’a laissé aucune trace. Pas de mobile apparent ni d’arme du crime. Seule la course-poursuite engagée avec une mystérieuse berline la nuit du meurtre donne un peu d’espoir aux limiers de la gendarmerie, le nez collé à la piste poussiéreuse d’un assassin insaisissable et invisible. Sous une chaleur caniculaire, un deuxième cadavre apparaît, présentant le même modus operandi… Parce que le présent se noue ici dans les méandres d’un passé, où couvent encore les braises de la haine et de la vengeance, l’affaire entre dans un tourbillon survolté et diabolique.

Je ne connaissais pas l’auteur, bien qu’il soit de ma région ; Ce fut une belle découverte.
L’histoire est très prenante, les personnages attachants, et ce que j’ai préféré, c’est le réalisme de l’affaire car c’est très crédible.



51gzoKda+UL._SX195_

Une petite barque, seule sur l’océan en furie.
Trois enfants isolés sur une île mangée par les flots.
Un combat inouï pour la survie d’une famille.

Il y a six jours, un volcan s’est effondré dans l’océan, soulevant une vague titanesque, et le monde a disparu autour de Louie, de ses parents et de ses huit frères et sœurs. Leur maison, perchée sur un sommet, a tenu bon. Alentour, à perte de vue, il n’y a plus qu’une étendue d’eau argentée. Une eau secouée de tempêtes violentes, comme des soubresauts de rage. Depuis six jours, ils espèrent voir arriver des secours, car la nourriture se raréfie. Seuls des débris et des corps gonflés approchent de leur île.
Et l’eau recommence à monter. Les parents comprennent qu’il faut partir vers les hautes terres, là où ils trouveront de l’aide. Mais sur leur barque, il n’y a pas de place pour tous. Il va falloir choisir entre les enfants.

Une histoire terrifiante qui évoque les choix impossibles, ceux qui déchirent à jamais. Et aussi un roman bouleversant qui raconte la résilience, l’amour, et tous ces liens invisibles mais si forts qui soudent une famille.

Je connaissais l’auteur avec son premier roman  » des noeuds d’acier », j’avais aimé le suspense de livre. Celui ci nous tient aussi en haleine jusqu’au bout, j’aime bien les histoires de ce genre, j’ai bien sur adoré.



et cetera