Petitepom lit…











À peine sont-il parvenus à atteindre le Jal que les héritiers doivent déjà se résoudre à le quitter. Chacun d’entre eux doit poursuivre sa propre quête : Cael est-il en mesure de triompher de ses démons intérieurs ? Keb’ree parviendra-t-il à gagner la confiance de ses compagnons, malgré les agissements de son père ? Jezabel surmontera-t-elle le vide laissé par l’abandon de ses croyances ? Niss peut-il maîtriser le formidable pouvoir dont il dispose ? Autant de questions qui doivent trouver une réponse, sans quoi la fantastique révolution que connaît le monde des dieux et des hommes pourrait devenir bien sombre pour ces derniers…

Voila, je suis arrivée au bout des aventures des héritiers, j’y ai aussi retrouvé les anciens, leurs parents.

Nous commençons les livres aux pays des Dieux, puis les batailles finales s’engagent. Ce livres est biens sûr, plein de révélations, la poésie et la magie inventé par Pierre Grimbert est un régal ; j’ai toutefois deviné l’issue mais point la solution qui est des plus élémentaires.

Pierre Grimbert a repris le principe des récits mystiques de la Grèce antique peuplés de plusieurs Dieux, visibles à l’homme sous la même forme, permettant des accouplements et donnant naissance à des demi-Dieux. Tout comme la mythologie grec, il y a des monstres, guerres, intrigues et dieux inquisiteurs.

J’ai passé un bon moment à lire cette série, elle est assez similaire aux enfants de Ji mais ayant espacé mes lectures, cela ne m’a pas gêné.

Publicités


Alors que les Hauts-Royaumes sont menacés par une guerre imminente, les héritiers fuient les ennemis que Sombre a lancés à leur poursuite. La civilisation oubliée des Etheques pourrait apporter des réponses aux mystères qui planent encore sur leur quête.

Encore de nombreuses  révélations dans ce tome sur la naissance des Dieux et des démons mais c’est surtout centré sur 3 héritiers : Eryne, Niss et Cael

Eryne n’est plus la petite courtisane un peu « niannian » que l’on trouve au début de cette série, elle a mûri, elle assume de lourdes responsabilités. Niss a de plus en plus de maîtrise de son don et apporte une aide précieuse à ses compagnons. Mais Cael est de plus tourmenté par le démon.

Il y a peu de combat dans ce livre mais beaucoup de réflexion, chaque héritier fait le point sur son choix et sa métamorphose qu’elle a engendré, alors que l’on se rapproche du berceau des Dieux, on en comprend mieux l’origine.

J’ai beaucoup aimé ce tome très intéressant pour la suite et fin de cette série



Après avoir échappé de peu à la mort sur les toits de Goran, les héritiers fuient le Grand-Empire et les fidèles de la Jurande pour panser leurs blessures. Que faire maintenant ? Ils n’ont guère d’autre solution que d’aller consulter Usul, le dieu omniscient. Mais, ce faisant, ne risquent-ils pas de tomber dans un péril encore plus grand ? Et sont-ils prêts à entendre les réponses, troublantes, à leurs questions ? Rien n’est moins sûr : Keb, Eryne, Amanon et les autres apprendront à leurs dépens que soulever ne serait-ce qu’un coin du voile de notre avenir peut avoir de terribles conséquences…

Ce tome parle beaucoup des différentes magies, on soupçonne Eryne d’être l’Adversaire et la compagnie de la Züu apporte des éclaircissements intéressants sur tout le cycle.

Nos héritiers espèrent toujours découvrir qui est l’adversaire pour lutter contre le démon : Sombre. Cette quête les amènent auprès d ‘un dieu : Usul, celui qui sait. A chaque question que l’on pose à un Dieu, une révélation est révélée et apportent son lot de questions et soucis à nos amis. De plus, le testament laissé par Corenn comporte encore une partie non traduite, afin de découvrir ce qu’il est écrit, ils vont oser aborder l’île des prêtres rouges. A chaque épreuve gagnée, ils repartent au devant d’un autre danger pour retrouver leurs parents.

 Ce tome se lit aussi facilement que les précédents mais je trouve que cette accessibilité enlève quelque chose à l’histoire. La motivation est toujours là, j’ai envie d’en savoir plus et tourne les pages avec impatiente mais une fois que je sais, je suis un peu déçue par la simplicité. Les dangers si menaçants que l’on nous présente deviennent presque insignifiants face à la facilité des résolutions. Heureusement les personnages variés et attachants sont là pour nous donner envie de poursuivre ce récit et espérait leur réussite.



Les nouveaux héritiers débarquent enfin sur l’île de Ji. Là où ils espéraient des réponses, ils ne trouvent que de nouvelles questions. Zuïa en personne, la déesse des assassins, les attend et leur révèle les plans de Sombre, le démo, qui menace de s’en prendre à la suprématie des dieux eux-mêmes. Face à un tel péril, Zuïa leur propose une alliance. Les héritiers vont-ils accepter l’aide de celle qui avait jusqu’alors juré leur perte ? Et quel en sera le prix ?

Dans ce tome, on fait plus ample connaissance avec les héritiers et leurs compagnons de route. Alors qu’ils s’apprêtent à aborder l’île de Ji, c’est plein d’espoir que j’ouvre ce 2° tome.

J’avoue que je m’attendais à autre chose dans le berceau de Dieux, encore une fois nos amis sont traqués et doivent fuir devant une menace divine. Par contre c’est rempli de révélations et explications sur les précédents romans. Pour ceux qui aurai encore des interrogations, on a enfin des réponses claires et précises, cela en fait un fantazy facile à lire moins complexe que le « le secret de Ji ».

J’ai bien aimé ce tome, les personnages font connaissance, des liens se tissent, une nouvelle recrue, une ancienne élève Zuü vient apporter ses connaissances, celles-ci seront précieuses à ses enfants un peu perdus par des trahisons inattendus, seul face a un Dieux invincible . Nous refermons ce livre alors qu’ils s’apprêtent à rencontrer le « Dieux qui sait », en espérant trouver les moyens de vaincre Sombre et de trouver lequel est l’Adversaire qui le vaincra.



Le temps des batailles semble bien loin aux héritiers, qui coulent des jours heureux en regardant leur progéniture grandir. Mais la menace finit par ressurgir et tous, à l’exception de Bowbaq, disparaissent dans des conditions mystérieuses, laissant leurs enfants seuls dans la tourmente. Qui les a enlevés ? Où sont-ils détenus ? Pourquoi des sectes d’assassins traquent-elles les enfants des héritiers ? Une fois encore, ces questions trouveront leur réponse sur l’île de JI, où doit se rendre la nouvelle génération d’héritiers. Tandis que Sombre, le démon, créé par le sorcier Saat avant sa mort, attend l’heure de sa revanche.

Les premières pages nous remémorent le cycle précédent : « le secret de Ji ». Leurs enfants sont confrontés à des disparitions autour d’eux après plusieurs années de paix qui ont fait croire à ces enfants que le passé n’était que légende.

Alors que j’avance dans cette lecture, je me remémore la précédente histoire, il y a d’ailleurs beaucoup de passages pour que le lecteur s’y retrouve.

 Une nouvelle Déesse Zuü  semble commencer une initiation, des sectes des plusieurs baronnies essaient de s’emparer des héritiers et de  leurs parents, on –t-ils des liens ?  pour le moment nous en savons rien. Ceux qui n’ont pas disparu se retrouve dans un lieu que leur parent avaient en commun, Amanon le fils de Corenn, a récupéré un testament où elle explique ce qu’il s’est passé lors de leurs expédition à l’île de Ji ; tout est en place pour commencer cette nouvelle série, une quête : chercher les parents disparus, un mystère : qui est derrière tout cela et bien d’autres points d’interrogations.

 Ce premier tome se termine avec  Cael, fils de Yan et léti, Amanon, fils de Corenn et Grigan, Eryne et Nolan , fille et fils de Lana et Reyan, Bowbaq ,sa petite fille, Niss et le fils de la reineChe’b’ree, Keb en partance pour l’île de Ji.



{19 juillet 2010}   Le Secret de Ji-Pierre Grimbert

                                  

Tome 1 :

Un jour vint Nol, le prophète, et il demanda à tous les royaumes de dépêcher leurs plus sages représentants pour un mystérieux voyage vers l’île de Ji. Peu en revinrent, et ceux qui le firent ne parlèrent jamais de ce qu’ils virent. Et ainsi la tragique histoire sombra peu à peu dans l’oubli, seulement commémorée par les descendants des élus… Jusqu’à aujourd’hui, ou les fanatiques de la secte Züu ont entame une traque impitoyable pour les éliminer l’un après l’autre. Qui commandite ces assassinats et pourquoi les héritiers devront répondre à ces questions au plus vite : ils ne sont déjà plus que six. Mais il leur faudra avant tout revenir à la véritable source de tous ces mystères : que s’est-il passe sur l’île de Ji, cent dix-huit ans auparavant ?

tome 2 :

Depuis qu’ils ont découvert l’identité de leur ennemi, les héritiers n’ont qu’un but : en apprendre davantage sur l’île de Ji, et sur les étranges événements s’y étant déroulés plus d’un siècle auparavant. Mais combien de temps Corenn, Grigan, Rey, Bowbaq, Lana et les enfants sauront-ils échapper aux exécuteurs ? De la tour profonde de Romine au grand temple ithare, des monts brumeux au val guerrier, la piste de Nol et des sages émissaires va les mener derrière le rideau, au plus profond des royaumes estiens. Là seulement, s’ils survivent au plus redouté des gardiens, ils trouveront ce qui se cache réellement dans l’ombre des anciens…

Tome 3 :

De la tour profonde de Romine au Grand Temple Ithare, des monts Brumeux au val Guerrier, les héritiers poursuivent la quête désespérée dont l’issue fixera le sort des hauts-royaumes. Peuvent-ils impunément profaner les plus protégés des secrets des dieux ? Chaque découverte les damne un peu plus…

Les armées se rassemblent, les conspirateurs se démasquent, leurs desseins se dévoilent. Le temps des héritiers est compté…

La piste de Nol et des sages émissaires va les mener derrière le rideau, au plus profond des royaumes estiens. Là seulement, s’ils survivent au plus redouté des ternels Gardiens, ils trouveront ce qui se cache réellement dans l’ombre des anciens…

Tome 4 :

Bouleversés par leurs découvertes, les héritiers se lancent sur la piste des derniers secrets de leurs ancêtres… Mais les mystères les plus profonds sont toujours gardés par les âmes les plus noires. La vérité mérite-t-elle qu’ils affrontent les Gweloms de Karu ? Face à de nouveaux choix déchirants, le temps de la séparation est venu. Combien des prophéties se réaliseront-elles ? Qui est l’Adversaire ? Est-ce la fin des héritiers ? Chacun se prépare à l’ère nouvelle qui s’annonce, sous le regard impuissant du doyen éternel…

Alors que j’envisage de lire « les enfants de Ji« , je me remémore  le précèdent cycle « le secret de Ji » que j’ai adoré, sa lecture remonte à deux ans, j’en garde un excellent souvenir et une révélation finale originale est très belle.

Le secret de Ji a une écriture agréable, il se passe toujours quelque chose qui donne envie de lire et surtout qui divulgue les réponses petit à petit, c’est très prenant. Un  fantazy facile à lire, les personnages sont attachants, les héritiers ont chacun leur personnalité. On tourne les pages sans s’en rendre compte pour en savoir plus. C’est dans le 3° tome que l’auteur en dévoile le plus, il faut attendre la fin du 4° pour tout savoir, c’est clair, très beau et original.

Le suspense commence dès les premières pages avec la connaissance des élus et leurs secrets .Les premiers sages n’ont pas su protéger les enfants Dieux et engendrer un démon. Le sage responsable et son démon veulent s’emparer du monde des humains. Les héritiers maudits par leurs pères vont devoir réparer et lutter contre ses démons, parmi eux, se trouve l’élu qui réussira cette tâche.

 Dès qu’un indice est dévoilé, un nouveau évènement apporte son lot de questions entraînant les héritiers vers une nouvelle quête et une nouvelle Baronnie avec leur us et coutumes et personnages  nouveaux. Le lecteur a une longueur d’avance en connaissance sur le secret des portes de Ji, cet état donne un sentiment d’impuissance et d’envie d’aider nos compagnons de lecture.

Cette histoire m’a enchanté, en plus d’être écrit par un Français (ce dont je suis fière), elle nous fait vivre des moments magiques, les personnages sont tous attachants, il m’est impossible de dire quel est mon préféré, ils ont tous leur importance dans ce récit féerique.



et cetera